10 choses à savoir sur Elizabeth Gobeil Tremblay

1-      Depuis combien de temps écris-tu pour MFMC?

1 an.

2-      Combien de textes as-tu écrits?

24.

3-      Pourquoi écris-tu pour MFMC?

Pour partager notre quotidien de famille qui fait l’école à la maison. Normaliser « la chose ». Quand mon fils de sept ans n’est pas retourné à l’école en deuxième année, c’est un tout nouveau monde qui nous a ouvert ses portes. Comme plusieurs parents qui font ce choix marginal, nous avons vite ressenti le besoin de trouver une communauté avec qui partager notre expérience. D’autres parents à qui nous pourrions demander :

      –        Est-ce que vos enfants se font un deuxième déjeuner à 9 h du matin?

      –        Jusqu’à quelle heure restez-vous en pyjama?

      –        Demandez-vous aux enfants d’interrompre la lecture d’un livre passionnant pour leur faire l’école?

      –        …

Il n’y avait personne dans notre entourage qui vivait (ou avait vécu) l’instruction en famille. Nous avons dû agrandir notre réseau. Un an plus tard, nous étions entourés d’une bonne trentaine de familles de notre région qui avaient fait le choix d’éduquer leurs enfants à domicile.

Je suis beaucoup plus confiante maintenant sur ce chemin peu fréquenté. Mais je n’oublierai jamais mes premiers pas et le grand sentiment de solitude qui me talonnait. Si je peux apporter un peu de réconfort à une maman hésitante, j’aurai accompli ma mission de blogueuse.

4-      Quels sont tes sujets de prédilection?

Les apprentissages en famille (évidemment!)

La bienveillance (envers soi et envers les autres)

Notre aventure en Italie

5-      Selon toi, quel est ton meilleur texte publié sur MFMC?

« Ces psys qui changent des vies »

Parce que tout part de là. Si tu veux me connaître, vraiment me comprendre… la source est là, à ta portée. À un simple clic de souris!

6-      Es-tu fan de la plume d’un autre collabo de MFMC?

Tellement!

Je vais me limiter à trois collabos marquantes pour rester brève, mais je vous adore tous et toutes. Chaque collabo me fait sentir moins seule dans le bateau de la parentalité!

–          La première qui m’a conquise dès le début par son authenticité. Celle que je lis toujours, peu importe le sujet du billet :

Joanie Fournier

–          La deuxième pour sa plume, son style qui me plaît énormément :

Liza Harkiolakis

–          Et la troisième pour l’intelligence, la finesse et la justesse de ses propos. Une fille brillante! Chaque fois, je me sens privilégiée d’avoir accès à ses réflexions :

Roxane Larocque

7-      Qu’est-ce qui te fait du bien, te rend heureuse?

Marcher en forêt.

Je le réalise encore plus en Italie parce qu’ici, c’est à la mer que les gens font le plein. Je les vois sortir leur bateau, se faire dorer sur le pont toute la journée, plonger dans l’eau salée… Et je réalise que moi, je suis réellement une fille de bois.

Je précise quand même que je ne parle pas de survie en forêt ni même de camping sauvage. Je ne veux même pas dire que je suis une fille tough ou débrouillarde en pleine nature. Juste que c’est un endroit totalement ressourçant pour moi.

D’ailleurs, je suis sûre que mes enfants ne pourront jamais mettre les pieds sur un sentier pédestre sans se rappeler la voix de leur mère qui radotait « Hé que je me sens bien ici! »

 

8-      Qu’est-ce que tu détestes?

Je voudrais tellement qu’on se débarrasse de ce maudit fantasme de perfection et qu’on arrive à laisser la place à la vraie personne, dans toute son unicité.

Celle qui se sent féministe parce qu’elle travaille…

Et celle qui se sent féministe parce qu’elle ne travaille pas.

Celle qui trouve que la maman de Caillou est vraiment hot

Et celle qui ne peut pas la supporter.

Celle qui souffre du poids de la charge mentale de la gestion familiale…

Et celle qui sait que son conjoint en partage sa juste part.

Celle qui supporte à peine de jouer quelques instants avec ses enfants…

Et celle qui ressent des palpitations de bonheur intense juste à les regarder.

Toutes imparfaites. L’étiquette de la gentille fille et de la bonne mère, bye!

9-      Qu’est-ce qui te fait honte?

Quand le stress me paralyse et me donne le quotient intellectuel d’une patate.

10-  Si tu écrivais quelques mots d’amour…

Je t’ai trouvé gentil mon amour.

J’écris cette phrase et je me demande combien de filles vont plisser le nez, repoussées à l’idée de fréquenter un gars gentil? Essayez pas les filles! Je me souviens très bien… Vos paroles exactes étaient : « Gentil, OK. Mais lui, y’é trop gentil. »

Ben moi, la gentillesse, ça m’a complètement charmée. Ta bienveillance naturelle alors que j’avais tant travaillé pour trouver la mienne. Ta façon de voir la vie dans toutes ses nuances, sans te limiter au blanc ou au noir. Ton ouverture, ton respect et ton écoute…

Je t’aime encore plus depuis que tu es père. Parce que tu montres à nos deux garçons qu’ils sont libres d’être comme ils sont. Que leur force peut résider dans leur sensibilité. Merci mon amour.

Elizabeth Gobeil Tremblay



Commentaires

À voir aussi!