Les 10 étapes incontournables de la grossesse

Tu as déjà eu le bonheur de connaître la grossesse ou tu commences cette belle aventure? Voici les dix incontournables de la grossesse!

1— Être enceinte, mais ne pas pouvoir en parler tout de suite. Que ce soit pour éviter les fausses joies, par prudence ou pour des raisons professionnelles, plusieurs futures mamans attendent avant d’annoncer la grande nouvelle. Ça fait que t’es là, avec tes deux barres sur un bâton, t’aurais envie de le crier sur tous les toits, mais tu dois attendre.

2— Le fameux stade de la bedaine molle. T’sais le moment, souvent entre deux et quatre mois, où tu dois endurer ta petite bedaine molle, parce que tu rentres clairement plus dans tes jeans, mais que ce n’est pas encore l’évidence même du ventre de la femme enceinte. Alors personne ne dit rien sur ta prise soudaine de poids, soupçonnant une augmentation mammaire ou encore un accès d’alcool. Ces sujets pouvant créer des malaises, tout le monde semble éviter le sujet.

3— Le parking d’épicerie. T’sais, LE parking proche de la porte… celui pour les femmes enceintes… Ben t’es là, à te demander à combien de semaines de grossesse t’as le droit de l’utiliser. Parce qu’on s’entend que quand on se stationne là les deux premiers mois, on se fait juste dévisager comme si on abusait du système. Mais personnellement, je le trouve tentant dès le lendemain de l’apparition de la deuxième barre…

4— Les cravings de grossesse. Les envies démesurées… Les tentations culinaires incontrôlables… Le fameux cornichon dans la crème glacée aux fraises, c’est du déjà vu! Je suis certaine que tu peux te montrer plus originale que ça, chère future maman. Emmènes-en d’la petite sauce brune chimique, des sorbets à volonté, pis du melon d’eau comme si c’était le dernier fruit de la terre! Engloutis tout ce que tu veux, t’as l’excuse parfaite, anyways.

5— LE moment où tu réalises que ton corps est devenu un objet d’intérêt public. C’est connu, le ventre d’une femme enceinte a le pouvoir d’attirer toutes sortes de gens étranges, qui se réservent le droit de le toucher comme bon leur semble. Non!? La petite madame à l’épicerie, le monsieur au magasin de souliers, la voisine d’à côté… Alouette! C’est quoi cette idée de toucher les gens? Toucher mon ventre, c’est non. Non madame, même pas enceinte. Si on n’a pas déjà pris au moins trois cafés ensemble, tiens tes mains loin de mon corps.

6— Le test du diabète. Le maudit petit jus tellement sucré que t’as l’impression de boire la canne de jus congelé en concentré. Pas d’eau. T’es là à te tortiller dans la salle d’attente, parce que t’as faim et que y’a pas juste le bébé qui est pris avec un rush de sucre… Ça reste un passage obligé douteux quand même… Un docteur qui gave une patiente de sucre pour voir si son corps est capable de le digérer… ou pas. C’est comme de faire passer des tests d’allergies en gavant un enfant d’arachides… juste pour voir.

7— L’échographie. Tu penses que t’as hâte à l’échographie, hein!? Tu te trompes. Tu pensais que ce serait une rencontre fabuleuse avec ton bébé, qu’il allait te faire coucou de la main et te mimer son choix de prénom, au moins. Mais tu réalises que c’est l’épreuve olympique de celle qui arrive à retenir le plus de liquide possible dans son corps pendant que quelqu’un d’insensible lui pèse le plus fort possible sur la vessie. Oui, oui. Parce que la technologue, elle appuie tellement fort sur ton ventre que t’as peur qu’elle brise le bébé. Pis la majorité des parents ne comprennent rien à ce qu’ils voient. Ils plissent les yeux, inclinent un peu la tête, et font semblant de déchiffrer le moniteur devant eux. C’est ça, une échographie.

8— Les premiers mouvements de bébé. Comme c’est émouvant de réaliser que les bulles dans notre ventre ne sont pas que des flatulences! Bébé bouge enfin! Papa, lui, aura la chance de découvrir ça bien plus tard dans la grossesse, alors on savoure le privilège de la primeur. On adore sentir bébé bouger… pendant quelques semaines. Ensuite, on passe les dernières semaines à se demander s’il peut sortir par le nombril tellement il pousse dessus…

9— Le dernier mois. Est-ce qu’on peut avouer qu’il est pénible celui-là? On se lève trente-six fois par nuit pour faire pipi. Notre ventre prend tellement de place qu’on a peur de tomber en pleine face. On ne voit plus nos pieds. Une pression désagréable nous pèse sur le pubis quand on marche. On se rase à tâtons. Attacher des souliers est une mission périlleuse et les bottes d’hiver sont notre pire cauchemar. Bébé bouge tellement qu’on n’arrive plus à fermer l’œil. Le seul avantage, c’est que notre ventre est tellement volumineux qu’il cache le chiffre de notre poids sur la balance. Et pendant qu’on se sent à bout de patience et les hormones dans le tapis, tout le monde nous répète qu’il faut en profiter pour se reposer « avant que bébé arrive ».

10— L’accouchement. L’aboutissement de toute cette aventure. Le plus beau moment de notre vie. Celui où se chevauche la plus grande épreuve de courage, de force, d’endurance et d’amour qu’on aura à surmonter dans une vie. … Jusqu’au prochain bébé…

 



Commentaires

À voir aussi!