Ça se soigne ?

Je vais encore faire mon radin…

Tenter, par l’écriture, de me sauver des heures interminables sur le divan !

Quand je fais des activités avec mon fils et d’autres jeunes de son âge, jeux ou sports, je vois le changement. De la majorité, c’est rendu désormais l’exception. Au moins, il semble encore en rester.

C’est triste d’être isolé, de se sentir à part.

Je me demande parfois si c’est ma situation familiale d’enfance qui pourrait en être la cause. Deux enfants, ma sœur et moi, élevés par une femme seule. La compétition, avec un grand C. Du Darwin à l’état pur. En plus, je n’ai jamais trouvé que ma mère faisait de gros efforts ; elle laissait toujours l’un de nous gagner. Pour ma sœur et moi, elle avait même son préféré… l’autre !

Si bien que, de tout temps, j’ai joué pour gagner ! Jouer pour le plaisir, l’important c’est de participer… Le discours des perdants.

Je me souviens aussi que j’étais loin d’être unique. La cour d’école était pleine d’aspirants et de rois. Tous faisant l’impossible pour changer les rôles. Chaque activité, une épopée forgeant ses héros.

Mais le temps passe et on vieillit… Vraiment ?

Vous m’auriez vu, l’année dernière, sur une plage d’un tout inclus à Cuba… Fier d’avoir gagné le prix ! D’être le meilleur à la compétition de pétanque, organisée seulement pour l’animation. Pathétique !

Ou, le lendemain, me faire une sévère déchirure ligamentaire sur le dessus du pied. Simplement en jouant « amicalement » au volley. Là, encore, aucun plaisir à « jouer », il faut gagner ! Tous les points, toutes les parties. Se défoncer. Quitte à être un des seuls couverts de sable. Quitte à me croire et faire mon « jeune homme ».

On peut dire que j’ai payé le prix, dans tous les sens. Les quatre jours restants à me déplacer péniblement. Avec la face constipée du gars qui ne veut surtout rien laisser paraître. Plusieurs mois sans pouvoir faire de jogging, mon évasion mentale préférée.

Je ne vous parle même pas d’une manie de mon usage de Facebook. Je fais systématiquement tous les tests qui s’affichent sur mon fil de nouvelles. Visant toujours le résultat parfait. Partageant mes « succès ». Sincèrement, michel… « Grow up! »

Aucun plaisir pendant une partie de tennis avec mes amis. Jusqu’à tenter de jouer sur l’aspect psychologique… Faut dire qu’ils sont tous meilleurs sportifs que moi et tout aussi compétitifs. Apprécier notre amitié, c’est avant et après, heureusement !

C’est aussi triste quand je joue avec mes enfants. Faire comme ma mère, les laisser gagner, oubliez ça ! Pas de quartiers, pas de prisonniers…

Au moins, fiston est meilleur que moi au « Blokus ». [NDLR : Sans doute une invention d’une autre génération, conçue uniquement pour m’enlever toute chance] Vous comprendrez que ce n’est pas mon jeu préféré… Il a aussi le dessus à la nouvelle console de jeux vidéo. Je me fais laver au NHL Hockey et, même, à chacune des bagarres que j’initie pour passer ma frustration. Je m’ennuie de la Wii ; au moins j’y étais encore le meilleur et mes « records » de s’afficher, presque inatteignables…

Mon fils n’a pas mon tempérament. Il est chanceux !

Mais il a compris l’essence du message : la vie, même si ça peut paraître un jeu, il faut toujours donner son maximum !

C’est bien d’avoir des enfants ; malgré le modèle que nous sommes pour eux, ils deviennent rapidement leur propre personne. Faisant encore plus ressortir nos petits travers…

Docteur, je vous dois combien ?

michel

 

 



Commentaires

À voir aussi!