Ce que j’aimerais dire à la future maman que j’allais devenir

Il y a dix ans, j’apprenais que j’allais être maman pour la première fois. À cette époque, je pensais que ma formation en éducation à l’enfance m’avait préparée à ce rôle. Je m’occupais des enfants des autres et je me disais que ce serait aussi facile d’élever les miens. J’ai suivi des cours prénataux en plus. Je pensais que je savais tout sur le sujet. Une future maman bien naïve… Aujourd’hui, plus d’une décennie a passé et j’ai mis au monde plusieurs enfants. Si j’avais la chance de pouvoir parler à la future maman que j’allais être, voici ce que j’aimerais lui dire :

1- Oui, des cours en éducation, ça t’apprend à gérer des crises. Mais tu n’as aucune idée de comment tu vas te sentir lors de ces crises-là. Quand tu gères la crise de l’enfant d’à côté, tu n’as que la théorie à appliquer, sans implication émotionnelle. Mais quand c’est ton enfant à toi, la chair de ta chair, qui te fait une crise monstre, ça vient te chercher jusque dans tes trippes. Et tu vas avoir besoin de beaucoup de contrôle, de maîtrise de soi et de gestion de ta propre colère avant de pouvoir gérer la sienne. Tu vas parfois intervenir avec la mâchoire serrée. Tu vas avoir envie de crier. Tu vas sentir tes émotions te submerger plus que jamais. Pis aucun cours ne peut te préparer à ça.

2- Tu vas pleurer. Tu vas pleurer à toutes les premières fois. Là, tu penses que je parle des premiers pas, de l’entrée à l’école, etc. Non, détrompe-toi. Tu vas découvrir qu’il existe des milliers de premières fois. Le premier regard. Le premier rire. Le premier bisou plein de bave. Le premier « maman ». Le premier câlin. Le premier repas. Le premier biberon. Je te jure, tu n’as aucune idée à quel point chaque moment de la première année de vie de ton bébé va devenir une première fois. Et tu vas pleurer, chaque fois.

3- Tu vas être jalouse. Tu vas être jalouse des mamans au corps parfait. Tu vas être jalouse des papas qui restent à la maison. Tu vas être jalouse des maisons propres et bien rangées. Tu vas être jalouse des grands-parents présents. Tu vas même être jalouse de celle que tu aurais aimé être. Mais ça ne se dit pas ces affaires-là. Faque tu vas continuer de sourire.

4- Un jour, tu vas réaliser que l’herbe a toujours l’air plus verte chez le voisin, pour tout le monde. Faque tu vas finir par aimer tout de ta vie au lieu d’envier celle des autres. Et ça, tu vas regretter de ne pas l’avoir fait avant.

5- Tu as choisi le meilleur homme pour être à tes côtés. Il sera un papa aimant pour tes enfants. Mais surtout, il sera capable de t’aimer réellement. Il te trouvera belle même avec cinquante livres en trop, le ventre mou et les vergetures. Oui, tu auras des vergetures. Non, tu ne seras jamais une fit‑mom. Et il te désirera toujours autant. Chaque jour. Même après quinze ans.

6- Tu vas trouver ça facile d’avoir un premier bébé. Il va faire ses nuits tôt pis boire au sein facilement. Un bébé magique. Mais tu ne le diras pas trop fort, parce que tu auras peur que les autres-mamans-qui-ne-dorment-pas t’en veuillent. Ne te réjouis pas trop vite. Tu auras ensuite un deuxième enfant qui ne te laissera plus dormir autant. Ce bébé-là aura des coliques toutes les nuits pendant huit mois. Il aura un fort caractère aussi. Et tu sais quoi? Tu l’aimeras tout autant que le premier. Et le suivant aussi…

7- Tu vas avoir de la chance. Ta génétique est bien faite en ciboulot! Tu vas perdre facilement tout ton poids de grossesse. L’allaitement va t’aider. Tu ne mettras jamais les pieds dans un gym et tes amies t’envieront pour ça. Tu vas même te sentir coupable, mais on va se le dire, t’as aucun mérite. Pis on ne choisit pas sa génétique. Faque remercie la vie, donne de l’amour à tes amies, et va te resservir un morceau de gâteau.

8- Tout le monde va avoir son mot à dire sur ton rôle de maman. Chaque inconnu qui va croiser ta poussette va commenter une partie de ton éducation et te conseiller sur la meilleure chose à faire. Pas besoin de te fâcher. Dis-leur merci et continue ton chemin. Continue à écouter ton instinct. Décroche. Tout le monde juge tout le monde. Fais juste t’en foutre.

9- Tu vas redécouvrir des concepts que tu penses connaître. Comme la fatigue. Je te jure, jeune femme, que tu n’as aucune idée de ce que c’est que d’être réellement fatiguée. Ta privation de sommeil ne durera pas seulement le temps d’une nuit blanche. Tu vas aussi redécouvrir l’amour. Tu penses que tu sais ce que c’est, mais tu vas réaliser, le jour où tu vas mettre ton propre enfant au monde, que tu n’en avais jusqu’alors aucune idée.

10- Arrête d’avoir peur d’accoucher. Ça ne te sert absolument à rien d’angoisser pendant neuf mois ou d’essayer de te préparer à toutes les éventualités. Parce que le jour venu, tu n’auras aucun contrôle sur ce qui va se passer. Prends une contraction à la fois, fais confiance à ton corps, écoute ton instinct et rappelle-toi que bientôt, ce sera fini. C’est la seule chose à laquelle tu peux te préparer. Pour tout le reste, advienne que pourra.

11- Tu seras une bonne maman. Tu seras la meilleure que tu peux être et tu feras toujours de ton mieux. Tu ne seras pas parfaite, jamais. Tu perdras patience, tu lèveras le ton, tu diras des choses que tu regretteras et tu t’en voudras. Mais tu iras toujours t’excuser. Tu seras là chaque fois que ton enfant aura besoin de toi. Tu seras présente chaque jour de sa vie. Tu lui permettras de faire ses propres choix et d’être plus libre que tu ne l’as jamais été. Tu feras des sacrifices, toujours pour le bien de tes enfants. Le reste importe peu.

12- Ben oui, même dans la trentaine, tu vas encore avoir un maudit trouble obsessif compulsif pour les chiffres pairs. Faque juste pour cette raison, tu vas rajouter un douzième point sur cette liste. Je te l’ai déjà dit, t’es pas parfaite, assume.

Joanie Fournier

 



Commentaires

À voir aussi!