Ma peau malade

J’ai honte de ma face. Je le sais, je ne devrais pas. Mais j’ai honte pareil. Ma peau boutonneuse, cicatrisée, craquelée, enflée, infectée, je la trouve dégueu. Ben oui. Je l’ai écrit. J’étais tannée de le dire juste devant mon miroir.

En fait, je le dis dès que je passe devant un miroir, mais je ne me regarde même plus dans la glace, sauf pour me badigeonner de fond de teint. J’ai beau dire à mes enfants de s’accepter comme ils sont, de se trouver beaux, de ne pas laisser le jugement des autres les affecter… je ne suis plus capable de m’en convaincre moi-même.

Après plus de trente ans à souffrir d’acné, je pense que j’ai le droit, hein, d’être à boutte?

J’ai tout essayé : les méthodes de nettoyage appropriées (pas trop souvent, juste assez, avec les bons produits non comédogènes), les produits en vente libre, les produits gardés secrets par le pharmacien, les traitements médicamenteux pendant six mois ou un an (ceux pour lesquels il faut signer des promesses de se protéger avec trois pouces de condoms parce qu’un bébé pondu pendant le traitement naîtrait avec un bras dans le front), les antibiotiques topiques, les antibiotiques oraux… Jusqu’à date, mon meilleur allié, c’est l’huile d’arbre à thé.

J’ai évidemment réduit le stress et l’impact des polluants extérieurs. J’ai modifié mon alimentation, je rencontre une nutritionniste, j’hydrate ma peau et je bois beaucoup d’eau. Contraception ou pas, ça revient, cette affaire-là. Pas mal trop vite! J’ai à peine le temps de réparer ma peau et mon estime après une crise acnéique que ça me saute à nouveau dans le visage, comme une vieille corneille frue dans un pare-brise sur l’autoroute. Ça démange, ça s’accroche. Je dois être attachante, mais je préférerais prendre mes distances avec ces bactéries-là. Mes complexes gonflent aussi vite que les bosses dures sur mon menton.

Depuis des mois que je me dis que je devrais bien écrire ce texte. Des mois que je me dis que je ne dois pas être la seule à vivre avec une maladie de peau qui persiste. L’acné, on dit souvent que c’est la bête noire des adolescents, mais rendu à l’âge adulte, personne n’en parle. Pas parce que ça n’existe pas, juste parce que c’est presque aussi tabou que le salaire qu’on gagne. Si on n’en parle pas, personne ne va le remarquer, n’est-ce pas…

Et là, j’ai décidé d’en parler. On ne devrait pas avoir à se cacher la face malgré notre acné. On ne devrait pas avoir honte de notre peau malade. On ne devrait pas hésiter à aller chercher de l’aide pour la soigner.

Ce n’est pas une maladie dangereuse, bien sûr. Mais elle laisse tout de même deviner des problèmes sous-jacents (stress, débalancement hormonal, intestins qui fuient, etc.). Sans compter ses effets secondaires : les traces évidentes qu’elle laisse sur la peau ad vitam eternam, l’estime personnelle en chute libre, le refus de sortir de la maison, le retrait (ou le rejet) social, l’augmentation du stress… et la roue tourne.

Si vous avez des super trucs qui ont sauvé votre face, on est preneurs!

Nathalie Courcy

 



Commentaires

À voir aussi!