À notre fille Livia…

C’est vrai, je ne m’y connais pas tant dans la vie dans l’au-delà. Mais une chose est certaine : ta vie ici, sur Terre, fut trop courte. Un certain 12 octobre, ta douce vie a été emportée dans un accident tragique.

 

Le regard de papa terrifié et espérant tant que je pourrais l’aider à te ramener à la vie. La souffrance se lisait sur son visage. Les cris stridents ont résonné en moi. C’est un son que je n’oublierai jamais.

 

Ton corps complètement inerte dans les bras de papa… J’essayais d’appeler les secours, mais mes doigts ne suivaient pas le clavier du téléphone. Je criais tout en essayant de composer le numéro, je faisais les cent pas en espérant que tu te réveilles. Mais nous savions tous les deux que tu avais poussé ton dernier soupir. Ton âme quittait gentiment ton corps, te laissant sans souffrance et aussi paisible que lorsque tu t’endormais paisiblement dans nos bras pour une longue nuit et de doux rêves.

 

Nous pensions que le temps était interminable, mais tout cela s’est passé en quelques minutes. J’arrivais à entendre le son des sirènes de très loin. Mon cœur de maman a flippé. Comment? Pourquoi? Qu’est‑ce qui s’était passé? Mais pourquoi nous? Pourquoi toi?

 

Papa a déposé sa main sur ton cœur, il battait encore mais lentement, ce qui nous a donné une légère poussée d’espoir. Il criait ton nom, il espérait tant que tu cries toi aussi, que tu te réveilles, mais toi, ton petit être de lumière était déjà dans l’au-delà. J’ai déposé ma main et j’ai attendu que ton cœur cesse de battre. Nous avions tout tenté. Mais rien, plus un son, plus d’images. Seulement la voix de ton papa qui t’appelait et te suppliait de revenir auprès de nous.

 

Le temps s’est arrêté. Ton cœur a cessé de battre. Tu t’es assoupie, tu t’es endormie pour le reste de ta vie. Parce que oui, je crois que tu touches à l’infini. Je crois que pour toi, ce n’est qu’une pureté de voir cette beauté du ciel.

 

Il y a tant de « si » et de pourquoi. Mais tu sais quoi, ma fille? Nous n’en voulons à personne. C’est un accident. Un accident qui t’a coûté la vie, certes. Mais, en te donnant la vie, nous t’avons promis l’amour inconditionnel. Nous t’avons promis d’être là, peu importe ce que la vie allait nous réserver. Et c’est ce que nous avons fait. Nous avons été là pour toi jusqu’à la toute fin.

 

Tu m’as fait grandir, ma fille. J’ai appris le pardon, j’ai appris que la rancune n’est que mauvaise et que la vie est trop courte pour en vouloir à des gens qui, eux aussi, ont des souffrances invisibles. Tu nous as appris à ralentir notre rythme de vie, à profiter davantage de tous les petits moments. Qu’ils soient joyeux ou pas, ce sont des étapes de la vie auxquelles nous devrons faire face et que nous devons traverser…

 

Nous nous levons le matin, te voyant danser sous la musique qui appelle le soleil. Ton sourire est contagieux et ton énergie est débordante. C’est ce que j’aime imaginer lorsque j’ouvre les yeux. Ton cœur a cessé de battre dans nos bras. Ton cœur s’est éteint, mais il continue de déborder d’amour et de courage pour nous tous. Les souvenirs de ton sourire nous gardent les pieds sur terre. Nous te remercions de ton court passage sur Terre mais, qui sera éternelle dans notre cœur.

 

« Notre petit étoile Livia, tu es arrivée dans notre vie et nous t’avons promis l’amour. Tu seras à jamais notre petit ange d’amour qui nous gardera toujours unis. Aujourd’hui, nous devons vivre sans cette petite voix qui nous appelait maman et papa. Chaque pas que nous ferons, tu seras à nos côtés. Tu nous tiendras la main comme tu l’as toujours fait, et tu seras notre guide pour le restant de notre vie. L’amour de papa et maman sera toujours inconditionnel pour notre petite étoile. Continue de briller de là-haut. Ce sera ta manière de nous dire : « Papa, maman, je suis là! ».

 

Jessyca Brindle

 

 

 

Livia Bélisle

 

Décédée accidentellement le 12 octobre 2019 à l’âge de 20 mois

 



Commentaires

À voir aussi!