La boîte à lunch oubliée

Toute seule sur le bord de la porte, elle me fixe. Abandonnée, négligée… Elle communique par télépathie et son message est clair: « Il va falloir que tu m’apportes à l’école ce matin, parce que le p’tit, lui, il m’a complètement oubliée. » Un vrai duel western entre elle et moi.

Il y a d’abord l’instinct qui embarque. Une maman, ça protège ses petits. Surtout de la faim. C’est le fun parce qu’il n’y a pas d’ambiguïté sur ce dossier-là. Les enfants ont faim, les parents les nourrissent, point final. C’est pas comme les microbes, les tests non réussis, les petits tannants de cour d’école… et un autre paquet d’affaires qu’on ne peut pas contrôler.

La décision devrait donc être facile à prendre : je lui apporte sa boîte à lunch à l’école.

Mais attends un peu là… Il n’a pas cinq ans, il en a onze. Est-ce que c’est encore ma responsabilité ou c’est maintenant la sienne? En réparant son erreur, est-ce que je lui donne vraiment un coup de main ou est-ce que je le pousse vers l’irresponsabilité chronique? Est-ce qu’un jour, il fera une bêtise et on me dira : « Toi, t’étais du genre à arriver en sauveuse à l’école quand ton fils oubliait sa boîte à lunch, hein? ». Est-ce que j’assume l’étiquette qu’un juge de la bonne conduite (voire une autre maman aussi perdue que moi!) m’apposera dans un futur 5 à 7?

Bref, si je veux qu’il retire une bonne leçon de ça, aussi bien le laisser se débrouiller seul, c’est clair.

Mais se débrouiller… ça ressemble à quoi, exactement, tes options, en 6e année, quand t’as rien à manger? T’apprends quoi de ça? C’est assez limité, faut l’avouer. C’est pas comme au secondaire. Tu ne peux pas décider de t’acheter quelque chose à la cafétéria ou retourner chez toi pour dîner… Ça risque de ressembler à un estomac qui va gargouiller tout l’après-midi chez un pré-ado qui mange habituellement comme dix. Mais c’est encore drôle… Si je lui en laissais la chance, il pourrait me surprendre. Un peu d’entraide entre copains, ça aussi, ça resserre les liens.

Voyons, je suis là à essayer de prévoir ce qui pourrait ressortir d’un simple oubli… Et si je faisais juste preuve d’un peu d’empathie et que je me mettais à sa place quelques instants? Si j’avais oublié mon lunch, moi, comment est-ce que je me sentirais? Qu’est-ce que je souhaiterais que mon chum fasse s’il avait la possibilité de m’aider? Ben, je serais fâchée contre moi-même d’avoir été distraite et j’apprécierais que n’importe qui que je considère dans mon équipe me dépanne. Mais là, on pourrait me dire : « Est-ce réellement une bonne idée de se demander comment on souhaiterait qu’un ami réagisse? C’est ça, tu te prends pour son amie. T’as oublié que t’étais sa mère. C’est pas la même chose. » Mer-de.

Un autre cas de spirale infernale d’angoisse maternelle.

Et puis, on fait quoi à la fin? On l’apporte ou non cette boîte du diable?

Elizabeth Gobeil Tremblay



Commentaires

À voir aussi!