Burnout ou épuisement, peu importe: on s’en sort!

Burnout, moi? Non! Il y a trois ans, j’étais en épuisement professionnel, pas en burnout. C’est drôle parce que dire burnout, épuisement professionnel ou trouble d’adaptation, c’est pas mal pareil. Par contre, ça n’éveillait pas les mêmes croyances chez moi. Le burnout résonnait comme « être brûlée », comme dans ne plus être bonne à rien, pas à la hauteur. Être en burnout, c’était comme si je n’allais jamais en revenir. L’utilisation de ce terme était remplie de préjugés. Aujourd’hui, je me rends compte que l’usage de l’un ou l’autre de ces termes éveille encore des préjugés et des réactions issues de la méconnaissance de cet état.

Le cœur de mon message, c’est qu’on s’en sort. Oui, on s’en sort en se déposant. Durant mon arrêt, j’étais bien entourée. On m’a sortie, écoutée, accompagnée, tendu les bras et questionnée. La question qui revenait souvent, c’était : « Qu’est-ce qui s’est passé pour que tu en sois là? » Ça a été long avant de vraiment m’en rendre compte. En fait, ma vie était tout simplement vide de sens.

J’ai trompé mon mari, c’est le premier article que j’ai écrit sur ce moment de ma vie. J’étais impuissante, fatiguée, vidée, stressée, anxieuse et blessée, mais jamais je n’ai parlé de ce que je vivais à mon mari. « J’ai trompé mon mari en essayant d’être quelqu’un d’autre, probablement la Super Woman dont en entend tant parler. J’étais en panne de connexion avec moi-même… Vide et court-circuitée. » Comme plusieurs sont restés avec l’idée que j’avais été infidèle, j’ai senti l’intérêt de préciser ma pensée dans un autre article que j’ai intitulé Si j’ai juste… Est-ce que c’est tromper?

Et si tromper son partenaire de vie, c’était d’abord cesser de lui offrir son authenticité, sa vulnérabilité? Tranquillement, j’ai perdu mon identité en tant que femme et en tant que sa femme. En perdant mon identité, j’ai doucement fini par devenir quelqu’un d’autre sans même m’en rendre compte. Aujourd’hui, je vous confirme que « tromper », c’est aussi cacher ses peurs, ses stress et ses angoisses à la personne qui partage notre vie.

Puisque j’avais commencé à partager mon histoire en lien avec ma vie amoureuse, j’ai conclu ces deux articles par Ton mari a réagi comment? Ce que nous vivons a un impact sur les autres. Mon mari m’a vue m’épuiser et moi, je n’ai jamais entendu ses mots pour me prévenir que trop c’était trop. Cette période a laissé ses marques sur notre relation. Elle nous a aussi permis de nous redéfinir et d’apprendre à nous aimer à travers celui et celle que nous sommes devenus. Nous vivons tous des périodes difficiles qui risquent de marquer, blesser ou séparer notre couple. Pour nous unir dans les épreuves, nous avons choisi de formuler une promesse l’un à l’autre. Cette promesse nous guide et nous aide à sortir des temps plus gris.

Je vous partage une série d’articles autour de cet épisode dans ma vie. Chaque fois que j’en parle, les gens sont surpris et me posent des questions. D’autres fois, ils se reconnaissent et me confient leur histoire d’épuisement professionnel qu’ils ont souvent peu partagée. C’est un sujet qui est encore trop peu discuté ouvertement et qui touche beaucoup de gens.

 

Stéphanie Dionne

 



Commentaires

À voir aussi!