Business et enfants… un bon mélange?

Je suis entrepreneure depuis déjà vingt ans. Le domaine d’entrepreneuriat dans lequel j’étais ne me convient plus.

Depuis un an, tout en demeurant dans mon premier champ d’expertise, je suis en train de bâtir une autre entreprise.

Cela veut dire environ soixante‑dix heures par semaine pendant lesquelles j’ai le nez dans le travail.

Comment ne pas se noyer, avoir du temps de qualité avec sa famille, s’assurer que les devoirs sont faits, que la maison est propre, tout ça sans perdre la tête et la santé?

Parce qu’on le sait (si tu es entrepreneur en tout cas), partir sa business, c’est chronophage. Sans compter les fois où on est en mode « obsession » sur un projet. Les nuits de doute. Les matins où on s’injecterait de la caféine à grande dose juste pour être opérationnelle. Les fois où on est dans son élan et qu’on doit tout lâcher quand les enfants arrivent.

Combien de fois on m’a dit : « Toi tu es bien, tu travailles chez toi! »

Paroles de salariés! (Sans jugement envers vous… c’est juste que parfois, notre réalité semble du chinois pour ceux qui ne la vivent pas.)

J’ai réalisé avec les années que ce qui m’aide le plus à conjuguer ma vie famille-business, c’est l’organisation. Je sais, on est à boutte, on voudrait s’en passer et être dans le moment, mais la réalité, c’est que c’est la seule chose qui a fonctionné pour moi!

Je dis que ma vie est un jeu de Tetris!

Jeune, je n’étais pas folle des jeux vidéo, mais Tetris, c’était mon jeu! La vie me préparait peut-être déjà à jouer pour le reste de ma vie, qui sait?

J’établis des cases travail et famille, les rendez-vous… les essentiels, quoi! Par la suite, je permets à la vie de changer mes plans : grande fille est malade et a besoin d’une visite à la clinique? Pas de soucis, on déplace cette réunion (voilà un bloc de Tetris qui a changé de place). J’écris des textes, je conçois un produit et je retourne des courriels pendant le cours de danse des filles (j’ai deux heures où je mets deux blocs de Tetris dans une seule case)… je jubile! J’ajoute aussi ici et là un bloc de Tetris de temps pour moi (question de ne pas perdre ma santé mentale). De plus, tous les matins, il y a un bloc d’une heure pour moi dans lequel je pratique mon « matin miracle ». Sans lui, je ne suis pas aussi performante, mais aussi je ne suis pas la meilleure version de moi. Ce bloc-là ne peut pas bouger (c’est la pièce maîtresse de ma fondation),

Malgré mon organisation, je ne suis pas parfaite, j’ai donc dû travailler le lâcher-prise. Présentement, j’ai une énorme giga haute pile de vêtements à plier, mon congélateur est presque vide, j’ai perdu un papier d’école important pour ma grande, j’ai oublié de télécharger une application super importante pour mini à l’école…

Mais c’est correct. Dans la vie, il faut se donner le droit à l’imperfection et comprendre que Superwoman fait des affaires impossibles dans un kit tout aussi impossible à porter! Lol

Ce qui tue les entrepreneures (et les femmes en général), c’est la comparaison. Soyons ensemble. Aidons-nous. On connaît tous une femme entrepreneure. Elle vit sans doute pas mal les mêmes défis que nous. Envoie-lui un courriel. Fais-toi des relations. Va « liker » des groupes d’entrepreneures. Envoie‑moi un message. Brise l’isolement!

Sur ce, je te souhaite une entreprise qui a des résultats exceptionnels et une vie de famille parfaitement imparfaite et remplie de chaos d’amour!

Martine Wilky



Commentaires

À voir aussi!