Ça existe, un mode d’emploi pour les parents!

Au Québec, le Mieux vivre est une bible pour tous les nouveaux parents. De la crème pour les fesses aux recommandations pour l’alimentation du nourrisson, tout y est. Ou presque. Ça s’arrête quand bébé atteint ses deux ans. Vous vous imaginez déjà en train de trembler de tout votre corps de parent juste à l’idée des cornes de yâble qui pousseront sur l’auréole de votre petit ange la nuit de son deuxième anniversaire. L’ombre du terrible two hante plusieurs d’entre nous… non seulement une intervention précoce, bienveillante et ferme peut adoucir cette période transitoire, mais elle peut aussi préparer les autres passages.

C’est beau de se dire qu’on appliquera une discipline constante et positive, qu’on travaillera en partenariat avec notre conjoint, qu’on demandera de l’aide au besoin… quand on devient parent, on prend un abonnement plus ou moins régulier aux périodes creuses. Il y aura des crises, des quêtes d’autonomie, des « NON! » répétés à l’infini, des refus de coopérer, bref, des défis.

Levez la main, ceux et celles qui ont fantasmé de trouver un mode d’emploi dans le sac à couches? Que dis-je? Une encyclopédie expliquant sans équivoque comment éduquer nos petits et grands enfants, comment les nourrir, les ramener sur le droit chemin quand ils perdent les pédales et vous grimpent sur la tête. Des centaines de livres existent. Entre Isabelle Filliozat et SOS Nancy, comment garder la tête hors de la boue quand les crises se multiplient?

Coachs familiaux, travailleurs sociaux, psychologues, art-thérapeutes, groupes de soutien… plusieurs options existent. Un peu partout au Québec et même en ligne, des formations CommeUnique existent. J’ai suivi les huit ateliers de groupe de Parent-Guide, Parent-Complice il y a quelques années avec une formatrice extraordinaire, dynamique, rassembleuse et rayonnante. Exactement comme le parent que j’aspire à être. Maintenant, ces formations se donnent aussi en ligne. On y perd l’appui et les anecdotes du groupe, mais on y gagne en flexibilité.

Parmi les outils qui me restent et que la formatrice me rappelle à l’occasion, voici ceux qui, selon moi, devraient figurer dans une bible sur l’éducation ferme et bienveillante que tous les parents recevraient en plus du Mieux-Vivre :

Le test des besoins : On associe les comportements dérangeants de chaque enfant à des besoins à combler et à des actions nourrissantes. Un petit coco jaloux a probablement tendance à se juger durement et bénéficierait de plus d’acceptation… la cocotte qui traîne les pieds aurait-elle pour sa part besoin d’être admirée pour trouver sa motivation?

L’échelle des petits pas : Une façon concrète d’établir un plan de match personnalisé et réaliste pour améliorer des situations sans se décourager. S’il est important pour nous que notre enfant arrête de mentir, il faudra probablement découper le « grand projet » en petites étapes qui permettront de vivre des petites victoires fréquentes. Mon truc personnel à ce sujet : plus on commence tôt à mettre des solutions en place, moins il y a de pelures de problèmes à enlever avant de pouvoir régler la cause centrale.

La notion de miroir direct ou indirect : Ce qui nous dérange chez nos enfants n’est pas neutre et reflète souvent une partie de nous-même. Je suis beaucoup plus consciente de mes propres boutons-pression, de ce qui les active et de ce qui les calme. J’ai appris que ce qui me fait le plus réagir chez chacun de mes enfants révèle beaucoup sur ma propre personnalité et sur mes valeurs.

Les formations comme celles offertes par CommeUnique ne règlent pas tout et ne sont certes pas les seules ressources pour faciliter l’éducation et l’accompagnement de nos enfants. Toutefois, c’est un moyen efficace et concret d’aider à construire une famille plus solide, des relations de couple et des partenariats familiaux plus forts et plus axés sur le positif.

La bonne nouvelle, c’est que ce type de formation relationnelle existe aussi pour les éducateurs en garderie, pour les couples, pour les groupes-classes ainsi que pour les duos parents-ados. L’autre bonne nouvelle, c’est qu’il n’est jamais trop tôt ni trop tard pour se faire le cadeau de suivre une telle formation, ou pour l’offrir à quelqu’un.

www.commeunique.com



Commentaires

À voir aussi!