Contes de faits (concours St-Valentin)

Il était une fois, une jeune femme pleine de vie et d’amour, qui le jour de la Saint-Valentin, il y a trois ans, débuta un zona… un vrai, bien intense, qui dura plusieurs mois. D’ailleurs, il lui en reste, encore aujourd’hui, des douleurs névralgiques en guise de souvenir.

Malgré cela, cette princesse de sang non royal poursuivait son dur labeur ménager pour remettre en état, réparer, plâtrer et repeindre sa demeure à la grandeur, dans le but de la vendre à prix bradé. Car un matin de novembre, sans crier gare, son prince charmant, qui s’avérait n’être, en fait, qu’un vilain crapaud, l’a crissée là, avec ses deux jeunes héritiers, dans leur château en chantier !

Tandis que ce prince aux belles manières sans grande valeur se rendait de bal en bal pour faire valser toutes les filles de joie, dans l’espoir de trouver pantoufle à son pied, la jeune femme rechaussa ses beaux souliers de verre coupant et partit à la conquête d’un nouveau royaume sans chimères où les enfants seraient rois.

C’est alors qu’en chemin, son vilain crapaud lui promit monts et merveilles et brisa tous les miroirs, afin de s’assurer que sa mal-aimée ne voie dans ses yeux que le prince charmeur dont elle était tombée amoureuse dix ans auparavant.

Follement accrochée à son idéal familial, la jeune princesse déchue crut ces belles paroles, et elle vécut malheureuse pendant une autre année qui lui sembla l’éternité…

Puis un jour, il n’y a pas si longtemps, la belle se réveilla enfin, grâce au dur baiser du cancer.

Il en aura fallu du temps… mais désormais, cette jeune femme libérée des illusions et délivrée des faux-semblants va pouvoir vivre sa vie comme dans un conte de faits !

Moralité de l’histoire : voilà ce qui arrive lorsque l’on berce les jeunes filles de chants de sirènes, et qu’on leur fait croire qu’il suffit d’aimer pour être heureuses. Mais encore faudrait‑il expliquer aux jeunes hommes que ce n’est pas par magie qu’on devient princes charmants, et que ce n’est pas dans les habits d’apparat que réside le vrai bonheur.

L’amour, tout comme un bouquet de roses rouges, est fait de doux pétales et d’épines.

Maintenant que vous êtes avertis que les coups de cœur ne portent pas toujours les couleurs de l’amour dans le miroir de la vie, je vous souhaite une Saint-Valentin sans lendemain de veille.

Vanessa Boisset



Commentaires

À voir aussi!