Force, fragilité ou humanité?

Non. Ce qui ne nous tue pas ne nous rend pas toujours plus forts.

Pensez-vous vraiment que comme Popeye, nos pectoraux gonflent de puissance lorsqu’on avale de force une « canne de marde »? Pensez-vous vraiment que notre moral se dope avec le côté obscur des événements de la vie? Pensez-vous vraiment que notre cœur ou notre tête sont faits de kevlar super résistant que rien ne transperce, n’ébranle ou n’afflige?

Vraiment?

Ce qui ne nous tue pas nous passe sur le corps et par le cœur en laissant parfois des sillons profonds comme sur une terre fraîchement labourée.

Et c’est par ces saignées dans notre être que nous pouvons décider de nous affranchir de notre vécu pour nous réapproprier notre vie. Parce que nous ne sommes pas ce que nous vivons. Et notre vulnérabilité émotionnelle, sur le moment, ne fait que dévoiler la profondeur de notre humanité, sans jamais définir qui nous sommes. Notre force ne devrait jamais se mesurer par notre capacité à résister et à rester intact face à l’adversité, mais par notre aptitude à assumer notre sensibilité pour en faire une énergie motrice.

Tout comme le cristal n’a pas la résistance du diamant, être sensible ne signifie pas nécessairement être fragile. La sensibilité est le don de sentir et de ressentir les choses les plus infimes. C’est notre capacité à nous émouvoir et à éprouver des sentiments. Alors que la fragilité, c’est se laisser envahir et démonter même par les choses les plus infimes, au risque d’en perdre son libre arbitre.

Ce qui ne nous tue pas nous façonne en bousculant notre façon de penser, d’être et d’exister. C’est ce qu’on appelle évoluer et s’adapter à son environnement. Un principe indispensable à notre survie. Mais cette résilience ne se fait pas toujours sans larmes et sans douleur. Elle se compose de plusieurs étapes et exige du temps, plus ou moins long selon chacun. La résilience n’est pas non plus l’absence d’émotions, en particulier celles que l’on pourrait considérer comme négatives, telles que la colère et la tristesse. Non. C’est juste qu’une personne résiliente ne restera pas figée dans ses émotions, mais s’en servira pour dépasser son état actuel et rebondir.

Ce qui ne nous tue pas nous change à jamais. En mieux? Doit‑on nécessairement souffrir pour révéler une version améliorée de soi-même? En moins bien? Sortons‑nous inexorablement traumatisés et désuets des épreuves difficiles?

Parfois, ce qui ne nous tue pas nous rend juste différents. Ni meilleurs. Ni pires. Simplement différents et singuliers.

Pour en lire plus sur mon quotidien avec le cancer, visitez www.laviecontinuemalgretout.com

Vanessa Boisset

 



Commentaires

À voir aussi!