Les fourmis reviennent chercher leurs morts

Saviez-vous que les fourmis reviennent chercher leurs morts? Si j’en écrase une dizaine et que je ne les ramasse pas tout de suite, je peux observer le reste de la colonie venir chercher les carcasses sans vie. Mais bon, ça, c’est déprimant en tabarouette… C’est pas trop mon genre de rester là à regarder les fourmis toute la journée.

Nous sommes arrivés en Italie à la fin du mois de juin. Dès notre arrivée, nous avons reçu les clés de notre maison, mais il fallait attendre nos meubles pour pouvoir emménager (la traversée de l’océan, c’est définitivement plus long par bateau que par avion!) Nous avons donc établi nos quartiers temporaires dans un très beau complexe touristique. Les enfants ont baptisé l’endroit : le chalet. C’est là que j’ai amélioré mes connaissances sur les fourmis. Je dirais qu’elles étaient les propriétaires du chalet et nous, les locataires. Et elles étaient plutôt ENVAHISSANTES comme propriétaires…

Quand mon chum m’avait expliqué qu’on passerait probablement un mois à l’hôtel, j’avais presque classé cette information du côté positif dans la balance des pour et des contre d’un déménagement outre-mer. Hé boy que j’avais rien compris! Maintenant, je réalise ce qui vient gâcher la sauce et nous empêche de nous sentir en vacances à l’hôtel. Cet ingrédient s’appelle : déménagement. Déménagement et vacances, ça ne rime pas. Même que ça sonne incroyablement faux. Quand tu commences un déménagement, t’as juste hâte que ça finisse. Que ce soit dans ton premier 4 ½ avec ta coloc ou dans une villa italienne avec ta famille, ça ne change pas grand-chose.

Après deux semaines en Italie, il a fallu annoncer aux enfants que nos meubles étaient retardés. Découragement général. Nous nous sommes donc assis en famille pour faire une liste de ce qui pourrait faciliter l’attente pour tout le monde. Évidemment, il était impossible de réaliser toutes les idées jetées dans la tempête. Il n’y a pas eu de deuxième chat adopté ni de trampoline installé à l’hôtel! Mais l’exercice lui-même de se réunir et d’exprimer ce qui nous plairait nous a redonné le sourire. Nous avons définitivement passé une meilleure semaine juste parce que nous l’avons fait.

Suite au brainstorming, papa a pris une journée de congé et nous nous sommes inscrits à une excursion guidée de la fabuleuse île de Capri. J’ai débuté une série de douze cours d’italien avec un excellent professeur qui est devenu notre guide en Italie. Les enfants ont passé du temps au Centre de la famille et se sont fait leurs premiers copains à Naples. Trois désirs qu’on avait identifiés ensemble et qui ont été comblés : explorer en famille, apprendre l’italien et créer de nouveaux liens.

Et, parce qu’on a pris le temps d’écouter nos enfants, on a découvert plein de petites choses qui avaient une grande valeur pour eux : essayer une nouvelle sorte de céréales, du papier pour dessiner, choisir un jeu de société italien à essayer en famille… Quelques ajouts à notre routine qui ont fait une grande différence pour le moral de tout le monde. La troisième semaine a finalement filé comme un éclair et nous avons survécu à notre mois d’attente. Sans s’arracher les cheveux et sans trop regarder les fourmis.

Elizabeth Gobeil Tremblay



Commentaires

À voir aussi!

Les commentaires sont fermés.