Le grand jour approche. Ce jour que toutes les femmes enceintes attendent…

Le grand jour approche. Ce jour que toutes les femmes attendent avec impatience. LA rencontre. Celle qu’on attend pendant 9 mois. 9 mois à désirer un petit être qu’on ne connaît pas, à en rêver.

Le jour où on rencontre pour la première fois ce petit être humain qui logeait au fond de notre utérus et qu’on protégeait.

C’est beau, dit comme ça hein? C’est poétique…

Sauf que c’est pas totalement comme ça que je me sens.

Certaines me jugeront sûrement. D’autres me comprendront, enfin je l’espère.

Ce matin, j’angoisse. En fait, depuis que le fameux 37 semaines de grossesse est arrivé, j’ai une boule au fond de moi.

Ta rencontre me fait peur.

T’sais, c’est pas vrai que c’est toujours magique la première rencontre. C’est pas vrai que c’est toujours l’amour au premier regard.

On entend et on voit tellement de versions parfaites de la naissance des enfants et de l’amour maternel qui prend automatiquement le dessus et qui est si grand et si fort.

Sauf que dans la vraie vie, c’est pas toujours ça.

Dans la vraie vie, il y a… le vrai!

Quand j’ai eu Hayden, j’ai vécu cet amour au premier regard. Je me suis changée en maman lionne dès que mes yeux se sont posés sur lui. C’était intense. C’était mon premier bébé.

Pour Anna, on a appris à s’apprivoiser.

J’ai passé des heures à la regarder. À apprendre à la connaître. Ça ne s’est pas fait du premier coup à l’hôpital. Ç’a été un processus d’apprivoisement entre elle et moi.

Pourtant aujourd’hui, Anna et moi sommes inséparables. Je l’aime à en avoir mal en dedans. Mais ça a quand même pris un peu de temps avant que le BOUM, l’émotion et l’amour maternel prennent le dessus.

Et là, il y a cette cocotte qui arrive sous peu.

Elle n’était pas prévue. Je suis tombée enceinte dans un rush d’immobilier, au début de mon rush de tournage de Vendre ou rénover… tout ça en gérant le blogue Ma Famille Mon Chaos et mes contrats web. Tout ça en m’occupant de mes deux enfants bien présents qui demandaient BEAUCOUP d’attention.

Alors contrairement à mes deux grossesses précédentes, je n’ai pas eu le temps de flatter ma bedaine. Je n’ai pas eu le temps de lui parler.

On m’a souvent dit qu’un troisième, c’est comme ça. Parce qu’il y en a d’autres à gérer, et à aimer.

Comble de malheur, j’ai commencé à la sentir bouger à 30 semaines (merci placenta à l’avant…). Ça n’a pas vraiment aidé à renforcer notre lien.

La chambre est prête, j’ai acheté tellement de vêtements et de doudous, elle ne manquera de rien, c’est certain.

Mais ça, c’est seulement du matériel.

Et si on ne s’aimait pas? Et si j’avais tout préparé ce qui est à l’extérieur de moi, sans préparer l’essentiel… mon cœur et mon esprit?

Et si on ne s’aimait pas?



Commentaires

À voir aussi!