J’ai frappé mon mur… les deux pieds sur la balance!

Je n’ai pas de balance chez moi. Je n’aime pas vraiment cet instrument. Je travaille fort pour m’accepter comme je suis, alors je n’ai pas besoin de connaître mon poids toutes les cinq minutes. Mais dernièrement, j’ai été forcée de réaliser que je n’étais pas sur la bonne pente.

Étendue sur le dos sur mon lit, je tentais tant bien que mal de rentrer dans mon foutu pantalon. J’avais réussi à faire passer les cuisses, je n’envisageais même pas de ne pas réussir à fermer la fermeture éclair. No way! J’aurai l’index et le pouce en sang, tant que le zipper tient le coup, je n’allais pas abandonner. J’ai mis un chandail ample pour cacher le muffin top que j’avais créé et je suis partie au travail.

J’ai voulu continuer à nier mon surplus de poids. Je devais seulement faire de la rétention d’eau… beaucoup. Mais sont arrivées les douleurs physiques. Mes genoux me suppliaient de faire quelque chose. Rétention d’eau ou pas, mes genoux me rappelaient chaque jour, avec beaucoup de douleur, que j’avais peut-être un peu exagéré.

Et un jour, au CPE, je chantais avec les enfants en rangeant les jouets. C’est là que j’ai dû m’asseoir pour reprendre mon souffle. C’était un rangement bien relaxe, là, pas une course du genre « celui qui range le plus de jouets ».

Le soir même, en finissant, j’ai fait un arrêt chez ma mère. Sans dire bonjour à ma mère, je me suis dirigée, angoissée, vers la salle de bain. Elle était là. Elle m’attendait. J’ai posé les pieds dessus, j’ai fermé les yeux. Après un « Kessé tu fais dans la salle de bain? » de ma mère, j’ai ouvert les yeux et j’ai regardé le nombre clignotant (comme un avertissement). La dernière fois que j’avais atteint ce poids, j’étais enceinte de 37 semaines…

J’ai frappé mon mur. C’est là que reprendre ma vie (mon poids) en main est devenu une priorité. J’ai eu envie des solutions faciles. Tu sais, celles qui nous promettent un corps de rêve pour l’été avec des produits plus dispendieux les uns que les autres.

Moi, je n’y crois pas. Ça marche peut-être réellement. Je me suis demandé : mais après, lorsque je cesserai de les utiliser, il arrivera quoi?

Je suis plutôt allée voir une nutritionniste. Ensemble, nous avons établi un menu pour y arriver. Elle m’a aussi suggéré de bouger plus (j’essaie très fort.). Je perds du poids lentement, mais sûrement.

Pour moi, il s’agit de la meilleure façon. Et quel beau legs je laisse à mes filles : apprendre à bien manger.

Et avant de me faire lancer des roches… elles ne savent pas que c’est pour perdre du poids.

Je leur ai dit que c’était pour mieux manger et pour rester longtemps avec elles en bonne santé.

Mélanie Paradis



Commentaires

À voir aussi!