La maman-ourse

Pendant la saison chaude, toutes les mamans se confondent. On pourrait presque penser que la maman-ourse est une légende. Mais détrompez-vous: elle existe ! Ce court documentaire permettra donc de démystifier cette créature pas si rare et vous aidera à la repérer plus facilement.

Premièrement, il faut savoir que la maman-ourse se camoufle parfaitement dans la société lors des saisons plus chaudes. Je vous confirme que vous n’y verrez que du feu ! Elle arrive à se fondre dans la masse et c’est vraiment à s’y méprendre ! Mais lorsque l’hiver pointe le bout de son nez, son déguisement ne berne plus personne… Il est donc tout à fait adéquat de commencer le repérage de cette mythique créature pendant la période hivernale.

La maman-ourse, comme le dit si bien son nom, hiverne le plus possible. Elle passera donc la grosse majorité de son temps à l’intérieur, à plus de 20˚C. Comme sa température corporelle peut chuter à tout moment, la maman-ourse doit absolument s’emmitoufler… le plus possible… le plus souvent possible. Elle optera, la plupart du temps, pour une robe de chambre (même par-dessus ses vêtements), ou encore pour une grosse couverture. Les tissus les plus doux et épais sont souvent les plus convoités. Certaines mamans-ourses vont même porter des vêtements d’extérieur (manteau, tuque, foulard, châle ou mitaines) à l’intérieur. Cet être doit absolument tenter de rehausser sa température ; il en va de sa survie.

L’alimentation de la maman-ourse se concentre le plus souvent sur des liquides chauds, tels que le café, la soupe, le potage, le thé, le chocolat chaud, etc. Par contre, comme il s’agit tout de même d’une créature féminine, il se peut que celle-ci opte pour des choix insensés ou contradictoires… Ne soyez donc pas surpris de la voir dévorer un pot complet de crème glacée, même si elle reste emmitouflée sous deux couvertures chaudes. Je sais, cela semble absurde, mais nous avons observé ce phénomène plus d’une fois…

La maman-ourse materne très bien ses petits. Elle saura s’adapter à toutes les situations, tout en s’assurant de rester au chaud. Elle confiera les déplacements et les sorties au mâle dominant de sa résidence, autant que possible. Elle invitera aussi tous les ours du village chez elle, parce qu’elle préfère mille fois cuisiner pour dix que sortir de son repère. Nous avons même observé certains spécimens qui habillaient chaudement les oursons et les envoyaient jouer dehors, dans la neige, pendant qu’elles les surveillaient à travers une fenêtre, bien au chaud.

L’hygiène de la maman-ourse varie aussi énormément. L’été, pour se fondre dans la masse, elle s’épile régulièrement et arbore une ligne de bikini qui peut faire jalouser les autres. Mais comme elle doit se garder bien au chaud, dès que le froid se fait sentir, elle doit prendre soin de sa fourrure… Même ses jambes se recouvrent d’un duvet remarquable. Elle saura le camoufler sous les épaisses couches de vêtements, mais il est bien là ! De plus, elle aura plus de réserves de graisse, évidemment. D’ailleurs, elle commencera à tenter de perdre son léger surplus de poids à l’approche du printemps, préparant son camouflage annuel.

Maintenant que vous savez tous repérer la maman-ourse, sachez qu’il est aussi possible de tenter de la capturer ! En premier lieu, vous devez capter son attention. Habituellement, des mots apaisants et chaleureux sont d’excellents éléments déclencheurs. Parlez-lui du soleil, de l’été, d’un « voyage dans le sud », etc. Ensuite, vous aurez besoin d’un appât convaincant… Une couverture épaisse, un foulard tricoté ou un café chaud feront l’affaire.

Si vous croisez l’une de ces créatures, vous ne devez en aucun cas proposer une sortie extérieure. En aucun cas. Flattez-la dans le sens du poil. Lancez-lui du chocolat. Et si vous tenez à cette maman-ourse, si vous l’aimez profondément, n’essayez pas de la changer. Revenez tout simplement au printemps. Ça va passer.



Commentaires

À voir aussi!