La vie nous confronte

La vie est drôlement faite. J’ai toujours dit que je ne voulais pas vivre avec des regrets, que les choix que j’ai faits dans le passé ont fait en sorte que je suis la personne d’aujourd’hui. J’y crois encore, mais je dois me rendre à l’évidence que j’aimerais changer certains moments de ma vie. Pas parce que je ne suis pas heureuse aujourd’hui. Au contraire, je suis comblée par ma vie, mais j’aurais peut-être vécu moins d’événements pénibles, moins d’obstacles à surmonter. Mais ça aurait fait en sorte que je ne serais pas qui je suis aujourd’hui. D’où le dilemme en moi.

Tout part de mon adolescence. Je regrette d’avoir été naïve et influençable. Je regrette certains choix d’amis, je regrette de ne pas avoir été aussi forte de caractère que je le suis réellement, de n’a pas avoir tenu tête. Je regrette d’avoir croisé le chemin de certaines personnes. Mon adolescence, je l’ai vécue difficilement. Je voulais trop plaire et je n’étais pas moi-même. Avec une « amie », nous inventions des histoires inimaginables, totalement irréalistes. Pourquoi ? Parce que nous avions douze et treize ans et que nous étions encore des enfants, et c’est ce que font des enfants : ça invente des histoires. Bien évidemment, un jour, ça s’est retourné contre moi et on m’a traitée de menteuse. Quand en réalité, tous ceux qui étaient avec nous savaient que c’était de la bullshit. Aujourd’hui, je regrette ces histoires inventées, mais pas le fait que ça m’a montré qui étaient mes vrais amis.

Mais comme n’importe quelle adolescente, je voulais plaire à tout prix. Je changeais d’école chaque année ou aux deux ans. Cette année-là, c’était la première fois que je ne changerais pas d’école avant au moins trois ans, alors je faisais tout pour être acceptée. J’ai raconté devant une classe entière que ma fréquentation d’avant (on va dire une fréquentation à douze ans et qui avait duré un mois) avait été violente avec moi et m’avait menacé de mort longtemps avant que mes parents ne l’apprennent et interviennent. Mais cette histoire n’a pas été crue, parce que mes supposées amies disaient que j’aimais inventer des histoires pour attirer l’attention. Ce qui était tout à fait le contraire, j’étais une personne hyper gênée, mais on m’avait convaincue de raconter mon histoire, la même qui a par la suite fait en sorte qu’on a ri de moi. J’ai été tranquille le reste de l’année, occupée à organiser une fête de fin d’année pour les secondaire 1. Pour ça, j’étais bonne, j’adorais organiser, planifier.

Puis, j’ai eu mon premier vrai chum à la fin de l’année de mon secondaire 1. J’étais folle de lui. C’était la première fois que je ressentais ça. Je me sentais aimée, désirée et il prenait soin de moi. J’avais l’impression de vivre une histoire à la The notebook. Je croyais que nous finirions nos jours ensemble. Puis en octobre, mon père a eu une opération à son cœur qui a mal viré. Il a passé douze jours dans le coma. J’étais en colère, je ne comprenais pas pourquoi, mais je cherchais un moyen de fuir mes sentiments. J’ai rencontré des personnes que je n’aurai pas dû rencontrer. Ça m’a amenée à commencer à fumer la cigarette et le pot, beaucoup. Je manquais des cours, je changeais. Voilà qu’à quatorze ans, j’allais vivre mon plus grand regret et une des pires périodes de ma vie.

J’ai rencontré un gars pas très clean, mais il était bad boy et il était plus que manipulateur. Il m’a fait croire que mon chum ne m’aimait pas vraiment, que ses amis faisaient tout pour nous séparer. Qu’avec lui, je ne serais jamais seule, je serais sa priorité. Il avait même laissé sa blonde de longue date, selon lui, pour moi. Je suis malheureusement tombée dans son piège, j’ai laissé mon chum. Quand je l’ai fait, je l’ai tout de suite regretté. J’ai demandé une autre chance à mon amoureux, il me l’a donnée, mais j’ai tout gâché encore. J’avais le cœur en miettes, mais mon nouveau chum me disait que c’était juste temporaire, le temps que je m’habitue à lui. Mais je ne m’habituais pas. Je voulais retourner en arrière. Retrouver celui que j’aimais vraiment.

Un soir, mon « nouveau chum » est venu souper chez moi, ensuite nous devions écouter un film. Durant la soirée, les choses ont mal tourné, nous étions seuls dans le sous-sol et il m’a fait des attouchements sexuels. J’ai pu me sortir de cette mauvaise situation grâce à mes cours de karaté. Je savais me défendre, mais si je n’avais pas su ou que j’avais figé, je me serais fait violer. Il est parti de chez moi en colère. À l’école, il m’ignorait, il était à nouveau avec son ancienne copine, mais le soir, il me harcelait sans arrêt. Il était obsédé par ma virginité, il voulait me la prendre à tout prix. Son harcèlement a duré presque huit mois. Je raccrochais le téléphone et il rappelait en me criant après. Si je ne l’écoutais pas faire ce qu’il avait à faire (si vous voyez ce que je veux dire), je me faisais menacer encore une fois. J’ai dû changer de numéro de téléphone et demander à un ami de s’en mêler pour que ça arrête.

Mais la vie me confronte à cet événement, à cette période de ma vie depuis un an. À mon travail, je vois très souvent la mère de mon premier amoureux, celui que j’aimais profondément, celui que j’ai blessé. Toute ma vie, je ne m’étais jamais considérée comme une victime d’abus sexuel. Pour moi, c’était ce que j’avais mérité pour avoir été naïve, stupide et pour avoir brisé le cœur de mon amoureux et le mien. Sauf que dernièrement, en parlant avec quelqu’un qui a vécu un viol, j’ai réalisé ce que j’avais vécu. Je m’étais convaincue que c’était de ma faute, que je n’étais pas une victime, mais c’était faux. JE SUIS UNE VICTIME. Rien au monde ne justifie ces actes. Ce n’était absolument pas une punition. C’était une agression.

Cette jeune fille de quatorze ans que j’étais a perdu beaucoup durant cette période : son estime en soi, son innocence, sa fougue, sa confiance aux autres ; ses rêves ont diminué parce qu’elle ne se croyait plus assez compétente. Mon rêve d’être astronaute ou pédiatre. POUF ! DISPARUS. J’ai mal agi, c’est vrai, je le confesse, mais je ne méritais pas ça.

Pour mon premier amoureux, tu étais tout ce dont je rêvais d’un garçon à cet âge. Je suis sincèrement désolée de t’avoir blessé. Je suis désolée de mon comportement. J’étais vraiment amoureuse de toi et j’ai tout gâché. J’ai essayé à plusieurs reprises de m’excuser, mais je n’en ai jamais été capable. Ma véritable punition aura été de voir dans ton regard toute la haine que tu ressentais pour moi durant les années de notre secondaire. Un jour, j’aurai peut-être la chance de m’excuser en personne et j’aurai peut-être la chance d’avoir ton pardon, parce que je ne pourrais jamais assez m’excuser.

Pour toi, celui qui m’a manipulée, qui m’a brisée, qui a abusé de moi, un jour, le karma s’occupera de toi. J’ai confiance que la vie fera sa justice. Un jour, j’aurai peut-être la force et le courage…

Ça m’aura pris dix-neuf ans pour prendre conscience de tout ça, mais la femme que je suis aujourd’hui est capable d’encaisser. Avec tous les obstacles que la vie a mis sur mon chemin, j’ai découvert en moi une force insoupçonnée, une femme qui sait ce qu’elle veut, une femme qui a repris confiance en elle. Je suis fière de qui je suis, malgré ce regret.

Cindy LB



Commentaires

À voir aussi!