Le « moton »

J’ai envie aujourd’hui de vous de parler du moton. Vous me direz, mais quel sujet insipide! Et pourtant non. Le fameux moton, on l’a tous un jour ou l’autre. Ne me dites pas que vous ne connaissez pas cette petite ou très grosse boule qui se loge dans la gorge, là, coincée entre deux phrases, vous empêchant de parler, de penser. Communément appelé un amas, une boule, un grumeau, mais de quoi? Il est aussi synonyme de grande quantité. Un trop-plein. De peine, de joie, de tristesse, de bonheur? Est‑ce un trouble physique ou psychologique? Souvent, ce symptôme est exacerbé par la maternité. Est‑ce que nos rejetons sont les instigateurs de ce mal invisible? Sans crier gare, il surgit, gonfle, nous tient, le maudit moton. Il reste coincé et d’autres fois, il descend jusqu’au ventre, fait des flips, nous tiraille, nous fait mal, nous vire à l’envers. On dit alors qu’on a une boule au ventre. Le moton a muté.

Le moton fait pleurer, ou pas. Parfois, on ravale juste ledit moton. On le cache, pour ne rien laisser paraître. Pourtant, il est toujours là, juste un peu plus bas. On a du mal à respirer, à parler ; les sanglots sont étouffés.

Je me souviens de mon premier moton de maman. Dès que j’ai tenu ma fille dans mes bras, le moton est arrivé, un mélange de joie, de peur, de bonheur. J’avais envie de pleurer, de crier, mais rien ne sortait. J’étais juste immobile à contempler cette petite créature. Je n’avais pas de mots pour décrire ce trop-plein d’émotions qui venait de m’envahir. Plus le temps a passé, plus le moton est resté, il a grandi. Il surgit au détour de la garderie quand je dépose la petite dernière et qu’elle pleure toutes les larmes de son corps parce qu’elle n’a pas envie d’y aller. Je n’ai pas le choix, je la laisse. En fermant la porte derrière moi, le moton m’empêche de respirer, je retiens mes larmes. Toute la journée, le moton est là, il m’empêche de me concentrer. Le moton grogne quand ma plus vieille me dit méchamment qu’elle ne m’aime plus. Un moton de douleur. Je serre les dents, et je ravale ses paroles.

Est‑ce qu’on peut s’en défaire, ou sommes-nous condamnés à vivre avec? Parfois discret, parfois intense, il sera malheureusement toujours là, le maudit moton!

Gabie Demers

 



Commentaires

À voir aussi!