L’éducatrice à la maison ou la sans-papiers

Comme je l’ai déjà mentionné, je suis une responsable d’un service de garde à la maison. J’exerce ma profession en accueillant chez moi des minis et ce, depuis maintenant près de quinze ans. 

Auparavant, j’étais éducatrice en installation. Là où s’entremêlent tout au plus 80 enfants. J’ai obtenu ma certification en 1993 et depuis, j’ai poursuivi, à coups de formations annuelles, tout ce que j’ai pu apprendre afin de bien soutenir parents et enfants qui complètent mon quotidien. Afin de m’améliorer, de me moderniser. D’ajouter à mes compétences acquises diverses façons d’intervenir, d’observer et de m’ajuster à cette clientèle en pleine évolution.

L’automne dernier, je m’étais inscrite avec une amie à une formation échelonnée sur plusieurs semaines à un peu moins d’une heure de chez moi. Le même trajet emprunté pour aller me perfectionner. Ajouter du plus à mon service de garde. Apprendre à soutenir les enfants dans leurs apprentissages langagiers. 

Nous étions environ vingt éducatrices. Plus que majoritairement responsables en milieux familiaux. Nous avions toutes les mêmes objectifs. Les enfants. Les soutenir et les aider dans l’acquisition du langage. Nous détenions des années d’expérience sous notre chapeau de responsables. Pour avoir œuvré en installation, ces éducatrices formées étaient des femmes compétentes. Leurs propos étaient enrichissants et leurs passions débordantes. 

Un jour, l’une d’elles nous a lancé à la blague, mais avec une certaine pointe au cœur, qu’elle était « sans‑papiers ». Qu’elle n’avait pas de diplôme en petite enfance. Qu’elle ne possédait pas ce qui la qualifiait du statut honorifique d’éducatrice. Pourtant.

Je ne connais pas son passé. Ce qui fait qu’elle n’a pas de diplôme. Mais je sais qu’elle est une maman de plusieurs enfants. Dont certains avaient des troubles de langage. Qu’elle est une responsable déterminée. Qu’elle accueille avec bienveillance ses minis à elle, chez elle. Qu’elle m’en a appris sur ses méthodes d’observation. Que ses discours étaient justes, véridiques et méthodiques. Elle en connaît des trucs, des méthodes et des astuces. Elle s’ajuste en tout point. Elle est débrouillarde et en fait bénéficier toute sa petite marmaille. Accueillir un enfant à besoins particuliers n’a plus de secret pour elle. Elle ne se rebute pas devant un défi, elle fonce tête première et le relève avec brio. Comme si son manque de scolarisation l’obligeait à toujours se justifier. À toujours en faire plus.

Cela m’avait peinée. Constater à quel point les responsables en milieux familiaux ont, malheureusement, un jugement trop facile à leur égard. Combien des années à travailler peut parfois les désabuser de ne pas être considérées. Dans un monde où la performance est à un niveau supérieur, pourquoi toujours vouloir discréditer les années d’expérience acquises sur le tas? Pourquoi cette femme généreuse d’elle et de tout ce qu’elle peut offrir pour rendre le quotidien de tellement d’enfants si agréable doit-elle se vautrer dans le silence? 

Elle répond aux critères exigés par le ministère de la Famille. Elle se perfectionne chaque année. Elle donne sans compter. Elle est exemplaire.

Je vous le dis, malgré mes connaissances, mes diplômes et surtout celui de ma technique en petite enfance, ses expériences sur le terrain valent plus que tous mes diplômes cumulés. Elle brillera longtemps dans le cœur de bien des parents. Elle restera gravée tout aussi longtemps dans la mémoire de tant d’enfants.

À toutes ces responsables qui œuvrent « sans papiers », sachez que je vois votre travail. J’entends vos discours aimants offerts à votre petite clientèle. Je ressens votre don de vous. Je reconnais que vous êtes importantes dans le développement des enfants. Qu’à votre image, vous accueillez au sein de votre milieu, de votre vie, ce que vous considérez comme très précieux.

Je vous encourage à garder la flamme en vous, à perfectionner vos acquis, car cela reste toujours stimulant d’en connaître davantage. À garder en vous la raison ultime qui fait de vous une responsable. Vous êtes indéniablement une partie importante dans le réseau des milieux de garde. Je vous honore toutes pour votre travail donné sans compter.

 

Mylène Groleau

 



Commentaires

À voir aussi!