L’Église cathodique

Quand j’étais jeune (pas que je ne le suis plus… mais disons que je le suis moins), l’Église catholique et la religion occupaient beaucoup de place dans les chaumières de la province. Dans mon village, comme dans bien des villages, le clocher de l’église était situé au centre de la communauté. On le voyait des kilomètres à la ronde, on l’entendait appeler les fidèles tous les jours. Un peu comme la cloche de l’école qui rythme les journées des enfants ou les nouvelles de 18h. Un repère.

Mes parents étaient croyants. De fidèles pratiquants. Mon père a cru en Dieu jusqu’à la fin même s’il a dû lui en vouloir en silence de venir le chercher si tôt. Ma mère était agente de pastorale, donnait les catéchèses du Sacrement du Pardon et de la Première Communion, préparait les messes. Dans le coin du salon, il y avait un coin de prières avec un lampion, une Bible, un chapelet, une nappe en dentelle. Je me souviens de soirées pendant lesquelles on récitait des rosaires, pendant le mois de Marie. Les onze autres mois, on préférait jouer aux cartes en mangeant des bonbons.

Sans me rebeller intensément comme bien d’autres de mon âge, je me suis éloignée de la religion au fur et à mesure que je me rapprochais de l’adolescence. Le sermon de 32 minutes que prononçait le curé était… soporifique, disons. Je préférais passer mes dimanches dans les activités de cadets ou à lire plutôt qu’assise sur un banc en bois dans une église qui pue sent l’encens. Par contre, j’ai toujours respecté le choix des autres de prier, ou pas.

Quand j’habitais en Israël, en Égypte, au Burkina Faso, et même en Alberta, j’ai rencontré différentes façons de vivre les religions. Parfois dérangeantes, parfois bouleversantes, parfois apaisantes. Je revenais toujours à la même conclusion : si c’est fait dans le respect, pourquoi pas!

2001 est arrivé, avec son 11 septembre et ses drames terrorisants. Puis les tueries, les séances intensives d’intimidation envers les voiles ou les kirpans. Mais ça n’a pas changé mon rapport à la religion, à la mienne et à celle des autres. Je me disais qu’il y avait derrière ces gestes des humains malades, toutes religions confondues. Les croyances ont leur place… tant que c’est fait dans le respect…

Je gardais quand même un malaise à prier ou à me tourner vers un ou des dieux, de la même façon que je n’osais pas me dire athée. Ça aurait été tout un revirement identitaire! C’était tellement omniprésent pendant mon enfance… j’avais aussi honte de m’adresser à plus grand que moi qu’à tourner le dos aux saints. Tout d’un coup que je me tromperais? Si ça existait, et que je m’en moquais? Tout d’un coup que ça n’existerait pas, tout ça?

Tout ça, quoi, au juste? Le vieux barbu en soutane blanche sur son nuage? Les anges qui jouent de la harpe en chantant des hymnes au Créateur de toute chose? Les belles histoires d’Adam et Ève et de leur rencontre fatidique avec le serpent démoniaque?

J’ai décidé de troquer la religion pour la spiritualité. J’ai décidé de m’adresser à « quelqu’un » ou « quelque chose », à l’Univers ou à mes anges (les universels, mais aussi mes défunts protecteurs et mes vivants à qui je demande des ondes positives et à qui j’en envoie). J’ai décidé que je n’étais pas seule, que je pouvais demander de l’aide et remercier. Que je pouvais croire même si je n’avais pas de preuve tangible.

J’ai décidé qu’à une époque où l’écran cathodique et tous ses dérivés sont devenus une religion, je pouvais me connecter à une paix intérieure qui m’aide à être heureuse. Je pouvais méditer, respirer, admirer la nature, croire aux fées ou aux licornes si ça me faisait du bien. J’ai décidé de ne plus avoir honte de parler d’énergies, de forces, de lumière et d’intuition guidée.

Et j’ai décidé de faire tout ça dans le respect, sans imposer ma vision du monde, sans la défendre, mais aussi sans la cacher. Il m’arrive d’en glisser un mot à mes enfants, il leur arrive de me poser des questions et d’entamer une discussion philosophique sur les croyances. Je leur transmets ainsi beaucoup plus des valeurs associées à la spiritualité (vivre le moment présent, aimer et prendre soin des autres, s’aimer soi-même, respecter la nature, demander de l’aide, exprimer de la gratitude, se faire confiance) qu’une religion. Et pendant qu’on parle de ça, on n’a pas le nez collé sur un écran!

Nathalie Courcy



Commentaires

À voir aussi!