Les lettres de sa vie TDAH et l’école

Déjà près d’un mois que la rentrée scolaire a eu lieu. Je déteste la rentrée, j’angoisse pour ma fille. J’ai peur. Peur de tomber sur une enseignante qui ne verra que les lettres qui l’accompagnent. Je n’ai jamais autant souhaité pouvoir hacker l’ordi de la secrétaire de l’école, juste pour savoir. La control freak en moi trouve difficile de ne pas pouvoir choisir la prof moi-même.

J’angoisse la veille de la réunion de parents. Je sais que tout se passera à ce moment. Lorsque j’irai la voir pour discuter de ma fille. Comment réagira‑t ‑elle aux lettres qui accompagnent ma fille?

Parce que oui, il y a encore des enseignants mal informés, mal outillés pour aider nos enfants. Parce que le TDAH est encore tabou dans nos écoles. Des enseignants qui voient nos enfants comme des déclencheurs de burnout, comme des causes perdues.

Entendre une amie me dire que la prof de sa fille lui a demandé : « Est-ce qu’elle fait exprès pour être lente de même? », « Pas pour rien que je suis partie en burnout l’an passé, j’avais une classe remplie de TDAH et de tous les Dys possible ». Et j’en passe.

Je comprends que les diagnostics de nos enfants représentent un défi supplémentaire pour vous, chers enseignants. On le sait, on le vit dans nos familles. Mais un défi pour moi implique de me relever les manches et de chercher des solutions. Ça implique de me remettre en question, de revoir ma façon de faire pour le relever, ce fameux défi.

Je n’ai pas envie de ces rencontres où on me rappelle ce que c’est de vivre avec un enfant TDAH. Vous savez, chers enseignants, on connaît le TDAH par cœur. J’ai envie de rencontres où on m’expliquera qu’un tel outil est magique pour elle. Que votre nouvelle façon de faire vient particulièrement la chercher. J’ai envie de voir son nom sur une étoile parce que vous avez réussi à la comprendre. J’ai envie de voir que vous désirez aider ma fille.

Vous avez tant à apprendre de nos enfants! Ce ne sont que des lettres qui les accompagnent. Ça ne les définit en rien. Leur propre alphabet est rempli de belles surprises qu’ils vous demandent de découvrir.

Jusqu’à maintenant, je fais partie des chanceuses. Le chemin de ma fille est parsemé d’excellents professeurs. Mais malheureusement, ce n’est pas le cas de tous les enfants.

Dès leur plus jeune âge, on leur apprend à chanter l’alphabet. Et si nous nous mettions tous ensemble pour chanter les lettres qui les accompagnent?

Mélanie Paradis



Commentaires

À voir aussi!