Ma grossesse : l’annonce

Depuis que j’ai annoncé ma grossesse surprise, j’ai reçu des tonnes de questions concernant ma réaction, quel genre de stérilet je portais, etc.

Toutes vos questions sont restées sans réponse et j’en suis désolée.

La raison est fort simple : encore aujourd’hui, à l’approche de mes six mois de grossesse, tout ça est encore super abstrait pour moi.

Je vous vois déjà plisser les yeux en vous disant que je suis un peu beaucoup bizarre. Quoi? Six mois de grossesse, trente-cinq livres de prises et un bébé qui donne des coups depuis mes dix-huit semaines. Sauf que la vérité, c’est que tout ça se passe entre mes deux oreilles. Et que mon cerveau a décidé de ne rien ressentir face à ma grossesse.
Bizarre hein?

Laissez-moi vous expliquer…

Au début du mois de janvier, j’étais vraiment épuisée. Le genre de fatigue qu’on ressent jusque dans nos tripes. J’avais un peu mal au cœur et aux seins, mais rien de dramatique.
En plus, j’étais vraiment grippée. J’ai donc mis les symptômes sur le dos de la grosse méchante grippe.

Comme j’avais eu mes règles une ou deux semaines avant, je n’ai jamais pensé que je pouvais être enceinte. Tout ça sans oublier qu’en plus, j’avais un stérilet! Alors la grossesse était loin dans mon esprit.

Par contre, ma santé m’inquiétait. Je savais très bien que mon horaire chargé et mon stress des dernières années étaient néfastes pour ma santé et je me suis mise à me demander si je n’étais pas plus malade que je ne le pensais.

En tant que femme, on a quand même un sixième sens en ce qui a trait à notre corps, et j’avais une mini mini partie de moi qui se disait « Ben voyons, est-ce que c’est possible que je sois enceinte? ». Avant de consulter un médecin et pour enlever le doute de mon esprit, je suis allée acheter un test de grossesse.

Ouin, ce fameux test de grossesse « juste au cas où » qui est devenu positif après quelques secondes et qui allait changer totalement ma perception de la fiabilité d’un stérilet haha!

Une annonce du genre, c’est un peu comme une gifle au visage. En tout cas, pour moi, c’est comme ça que j’ai vécu le moment, surtout qu’Étienne et moi avions pris la décision trois ou quatre mois plus tôt de ne pas agrandir la famille et de nous départir de toutes nos choses de bébés.

Soyons francs, un bébé c’est une nouvelle incroyable, mais quand ce n’est pas prévu, tu vois défiler ben des affaires dans ta tête… comme : comment tu vas annoncer ça à ton chum! J’étais VRAIMENT stressée, surtout qu’on était dans une passe où on était brûlés physiquement et mentalement et qu’on venait d’avoir une belle grosse engueulade la veille (ben oui, on se pogne souvent, comme des gens normaux haha!).

J’ai donc fait cinq tests de grossesse de suite pour m’assurer que tout ça était VRAIMENT vrai et que je n’étais pas folle. Après le cinquième positif, j’ai appelé Étienne et je lui ai donné rendez-vous dans un café. J’aurais pu faire ça à la maison, mais je voulais surtout être dans un endroit neutre où les enfants ne pouvaient pas nous entendre.

Au moment de l’annonce, Étienne m’a regardée avec de grands yeux et m’a dit « Ah ouin hein? Comment tu vas? »… pour finir avec un « Ayoye! Comment on va faire? ».

Et c’est là que les montagnes russes ont commencé.

À suivre…



Commentaires

À voir aussi!