Et si on parlait de l’intégration des élèves à risques…

RisqueS avec un grand S.

Risque de vivre de graves difficultés d’apprentissage. Risque d’avoir un comportement inadéquat. Risque de vivre des épisodes d’impulsivité et de violence. Risque de vivre de l’anxiété.

Les classes spéciales se font de plus en plus rares. Ces classes sont pourtant si bien pensées pour des enfants aux besoins particuliers… Ce sont des milieux rassurants offrant un nombre de places restreintes et des adultes aux qualités professionnelles diverses, placés là exprès pour soutenir ces petits humains dans leur quotidien.

Aujourd’hui, la tendance est d’intégrer ces élèves aux écoles régulières, avec tous les défis que cela comporte, mais sans le filet de sécurité offert par une classe spéciale.

Je parle au nom de l’élève qui lui, ne vit aucune problématique, qui a cette chance d’être né avec un bon potentiel académique, qui ne vit pas d’anxiété, qui évolue dans un bon milieu et qui se retrouve pourtant négligé en classe quand on intègre à son milieu un élève à risques.

Cet élève ne mérite pas un enseignant moins présent pour lui parce qu’un autre élève demande plus au quotidien. Il mérite sa part d’attention, il mérite un enseignant qui le pousse plus loin encore, il mérite un environnement sécuritaire. Il a le droit de débuter sa journée sans entendre un élève crier, faire des bruits, lancer des objets parfois, même… Il mérite de vivre une vie d’élève normale.

Je parle au nom de cet enseignant qui redouble de créativité tous les matins pour accueillir cet élève (parfois deux ou trois…) particulier, cet enfant pour qui chaque matin est source de stress. Pour la majorité d’entre vous, entrer à l’école, défaire son sac et faire la routine demandée apparaît fort simple. Or, c’est souvent tout un défi pour un enfant vivant avec un TSA ou un TDA/H très marqué. Le nombre d’élèves, le bruit, les consignes… tout cela devient si anxiogène que son comportement devient imprévisible.

Cet enseignant, tu l’ignores peut-être, mais il subit régulièrement de la violence verbale et parfois même physique.

Je parle au nom de l’éducatrice spécialisée qui aujourd’hui, ne travaille plus seule dans une école. Elle fait souvent partie d’une équipe, car désormais, les besoins sont trop criants.

Elle est à bout de souffle. Son local déborde d’enfants qui ne sont pas disposés aux apprentissages. Elle fait des pieds et des mains pour imaginer des solutions parfaites qui répondent aux besoins de tous (parents, élèves, directions, enseignants…). Elle se sentirait tellement plus compétente autrement…

Dans une classe spéciale, son rôle est mieux défini ; les élèves auprès de qui elle doit intervenir, moins nombreux et sa relation avec eux, bien établie.

Je parle au nom des parents. Les parents d’enfants qui eux, ne sont pas « à risques » et qui méritent un milieu stimulant. Ces parents qui se font rapporter par leurs enfants des situations inquiétantes et tristes à la fois qui ont été vécues en classe. Cher parent, sache que l’enseignant de ton enfant fait son possible.❤️

Je parle au nom des directions d’école, coincées entre les mesures gouvernementales, la commission scolaire et les parents de ces élèves à risques… C’est une position si délicate!

Oui, l’intégration de ces enfants aux classes régulières peut être une bonne chose pour eux. Toutefois, plus le temps passe, plus les groupes se complexifient et plus je trouve que trop d’enfants en paient le prix. Leur imprévisibilité fait que parfois, de l’anxiété se développe chez d’autres enfants et parfois même, chez les adultes qui subissent de la violence verbale au quotidien…

Posons-nous la question : intégrer les élèves à risques, oui, mais dans quelles conditions? L’accompagnement en classe réservé à ces enfants, jadis, est presque totalement disparu aujourd’hui… Or, il faisait une grande différence. Pour l’élève touché par ce service, en premier lieu, mais aussi pour tous les humains qui gravitent autour de lui, petits et grands.❤️

Eva Staire



Commentaires

À voir aussi!