Oui mon enfant, je te souhaite de partir de la maison jeune.

Mon enfant, je te souhaite de partir de la maison quand tu seras encore jeune. Je serai toujours là pour toi. Je serai au bout du fil si tu as besoin de parler, tous les jours si tu le souhaites. Je te promets d’être présente à chaque moment important de ta vie. Je te promets de ne jamais partir en vacances à ton anniversaire, aux fêtes et aux jours importants pour toi. Je te promets d’être là pour t’aider à peinturer, à cuisiner, à réparer la toilette, etc. Je te souhaite aussi de voler de tes propres ailes et d’aller découvrir le monde.

En vieillissant, tu partiras peut-être étudier à l’étranger. Tu voudras peut-être aller vivre en colocation avec tes meilleurs amis. Tu voudras peut-être vivre un amour passionné avec la personne que tu auras choisie. Tu voudras apprendre, étudier, communiquer et être libre. Et cette liberté-là, elle vient avec des responsabilités.

Mon rôle de parent, c’est de te préparer à réussir dans toutes les tâches du quotidien. Je te prépare jeune à faire un budget, pour que tu sois en mesure de comprendre le coût réel de la vie. Je te prépare jeune à cuisiner, pour que tu reconnaisses la valeur de ce que tu manges. Je te prépare jeune à prendre soin d’une maison, pour que tu ne croies jamais qu’elle se nettoie seule. Je te prépare jeune à prendre soin des autres, pour que tu puisses un jour prendre soin de tes enfants. Et pour vivre tout cela, je dois te laisser partir.

Tu seras toujours le bienvenu ici, si tu en ressens le besoin. Peut-être que la colocation ne se passera pas aussi bien que prévu. Peut-être que tu vivras une grande peine d’amour. Peut-être que tu perdras ton emploi. Ces imprévus font partie de la vie. Et si tu souhaites revenir à la maison quelque temps pour reprendre le dessus, notre porte te sera toujours ouverte.

Je ne suis pas une mère sans cœur. Je ne suis pas une marâtre. Je t’aime de tout mon être. Et c’est justement parce que je t’aime que je te souhaite de partir tôt de la maison. Je te souhaite de te lancer dans la vraie vie et d’aller y apprendre toutes ces leçons indispensables. Parce qu’il ne sert à rien d’essayer de te protéger jusqu’à 20, 25, 30 ans… Tôt ou tard, tu iras voler de tes propres ailes. Et moi, je te souhaite de te faire assez confiance à la vie pour te lancer plus tôt que tard.

Je suis consciente que beaucoup de personnes ne comprennent ni ne respectent mon opinion sur le sujet. Beaucoup de parents sont ravis de garder leurs enfants à la maison le plus longtemps possible. Je ne veux pas être égoïste et te garder pour moi toute seule. J’ai fait des enfants pour leur offrir une belle vie, une vraie vie. Je n’ai pas fait d’enfants pour sentir qu’ils allaient toujours rester dépendants de moi. Beaucoup de tes amis ne comprendront pas non plus. Beaucoup de jeunes adultes restent chez leurs parents par habitude et parce qu’ils y sont bien. Je te souhaite d’être ce jeune adulte qui se lance dans le vide, qui se remet en question, qui s’interroge sur son éducation et qui apprend par lui-même.

Je te souhaite, mon enfant, d’être autonome. Cette autonomie-là, elle ne signifie pas que tu dois seulement être capable de vivre seul. Elle signifie que tu dois te connaître assez pour aimer passer du temps seul avec toi-même. Cela ne veut pas dire que tu seras simplement capable de survivre en appartement. Être autonome, c’est surtout pouvoir penser par soi-même. Je ne veux pas que mes paroles résonnent dans les tiennes. Je veux que tu respectes assez tes opinions pour les scander haut et fort.

Je veux que tu profites de chaque seconde de la vie. Parce qu’elle est courte et que je veux que tu ne manques aucun moment. Plus tu attendras pour te lancer, plus tu passeras à côté de plusieurs occasions. L’habitude et le confort peuvent être de grands ennemis pour ta liberté.

Je suis consciente qu’il n’y a pas d’âge idéal pour partir de la maison. Certains vont attendre d’avoir fini leurs études, d’autres vont vivre sur le campus. Certains vont attendre d’avoir un diplôme, un emploi, du temps, de l’argent, etc. Je vais te dire une grande vérité. Toute cette attente ne sert à rien. Il ne te sert à rien d’attendre un diplôme si tu finis par détester ton travail. Il ne te sert à rien d’attendre d’avoir un emploi. Plusieurs cumulent de petits boulots, pour vivre simplement, et cela les rend tout à fait heureux.

Rien de sert d’attendre d’avoir du temps. Le temps ne se cumule pas dans une banque. Il s’écoule tous les jours de ta vie. N’en rate aucune seconde. Et surtout, n’attends pas d’avoir de l’argent parce que tu n’en auras jamais. L’argent existe pour être dépensé. Fonce. Et dépense l’argent qui t’appartient comme bon te semble. Justement, il t’appartient. Ne vis jamais pour travailler. Travailler te sert à vivre, pas l’inverse.

Finalement, tu dois comprendre que le bonheur ne se trouve nulle part sur la terre. Il n’est ni un endroit, ni une personne, ni un montant. Le bonheur se trouve uniquement en toi. C’est à toi de te lancer et de vivre chaque jour de ta vie en choisissant de voir le beau, le bon. Quand tu auras compris ça, peu importe ton âge, tu seras prêt à partir de la maison. Et je te souhaite du plus profond de mon cœur de comprendre tout cela assez tôt pour pouvoir en profiter.

Je serai toujours présente dans ta vie. Ton père et moi penserons à toi chaque jour, comme c’est déjà le cas depuis que tu as poussé ton premier cri. Si tu as besoin de nous, nous serons toujours là. Alors, n’aie pas peur et vole, petit oiseau. N’aie pas peur du vide, ce n’est qu’un courant d’air qui t’aidera à t’envoler.

Joanie Fournier

 



Commentaires

À voir aussi!