PAPAAA ! Non, pas maman ! PAPAAAAAA !

Eh oui ! Fiston, presque deux ans, a prononcé ces mots récemment. Il voulait seulement être avec papa et préférait que maman quitte la pièce. Ça m’a bien fait rire.

Il me semble que les circonstances rendent le lien mère-enfant souvent plus facile à créer. L’allaitement offre une belle proximité, le congé de maternité laisse beaucoup de temps en tête‑à‑tête à maman et bébé et, pour ma part, les vacances scolaires ; l’été, les fêtes et la relâche me permettent de beaux instants avec fiston. Chez nous, ces nombreux moments de vacances ne sont vécus, en grande majorité, que par moi puisque papa a un emploi avec un nombre de semaines de congé plus restreint.

Cependant, il a toujours été très important pour chéri-mari et moi que sa place de papa soit aussi importante et valorisée que la mienne. Donc, même si fiston se tournait plus naturellement vers moi pour certaines choses après avoir passé la journée avec moi, papa prenait les devants. Nous avons aussi tenté de créer des occasions de jeux avec papa et de réserver des éléments de la routine avec papa. Il a ainsi pris doucement sa place. Ça se passe généralement bien et on trouve notre formule, sur ce point, plutôt gagnante.

Dans le dernier mois, j’ai eu droit aux premiers « Où papa ? » quand j’étais en congé avec fiston et que chéri-mari travaillait. Cette question revenait quelques fois durant la journée. Et quand il m’entend dire que papa arrive bientôt, on doit s’asseoir en haut de l’escalier pour l’attendre et l’accueillir.

J’ai aussi eu droit aux premiers : « Pas maman. Papaaaa ! » On en profite d’ailleurs pour lui apprendre à dire plus doucement les choses. « Sors s’il te plaît », plutôt que « là-bas maman ». Ces demandes de proximité avec son père me font sourire.

Quand je regarde mes hommes être ensemble, se promener, jouer ou juste exister dans le quotidien, je souris ; mon cœur se remplit. Je trouve ça beau. Ils sont en train de construire leur relation, leur complicité. C’est si précieux !

Et quand fiston demande des moments seuls avec papa, on se dit que lui aussi apprécie cette complicité et la trouve importante. J’ai encore amplement de moments privilégiés avec mon fils pour simplement me réjouir et les regarder avec amour !

Jessica Archambault



Commentaires

À voir aussi!