Le plus vieux doit attendre

Au moment d’écrire ces lignes, notre grand a 2 ¾ ans et notre mini a six mois. Assez rapidement après mon accouchement, dans divers contextes, on m’a dit que c’était mon plus vieux qui devait attendre, pas mon bébé. « Il est grand maintenant », « Il doit comprendre qu’il n’est plus le centre de votre univers », « Moi, j’en ai trois et je n’ai jamais laissé pleurer un de mes bébés pour m’occuper d’un plus vieux ». Ces propos m’ont fait réfléchir.

Bien qu’on ait l’impression que notre Deux ans est géant quand on le prend dans nos bras depuis la naissance de son petit frère, ils ont tout de même seulement deux ans de différence. Deux ans et presque deux mois. Il me semble que ce n’est pas si vieux pour saisir en un claquement de doigts qu’il faut attendre maintenant… et j’espère bien qu’il ne comprendra jamais qu’il n’est plus le centre de notre univers!

On est chanceux, notre bébé est calme et très facile. Mais quand chéri-mari est retourné au travail avec un horaire me laissant en solo deux soirs par semaine alors que notre mini pleurait sans arrêt pendant au moins une heure tous les soirs, pile pendant la routine bain-histoire-dodo du plus vieux… j’ai trouvé ça difficile. J’ai eu de l’aide, heureusement, mais ç’a été un défi.

Notre grand attendait sagement assis sur le divan que la crise de son bébé frère passe en me disant parfois « Papa, pas là. Hein, maman? » ou « On appelle mamie? » Mais jamais un signe d’impatience. Au contraire, il était calme, comprenait qu’une histoire pouvait attendre, qu’on se collerait plus tard. Je le regardais en berçant mon bébé et j’étais si fière du grand frère qu’il devenait doucement, mais j’étais aussi un peu triste. Parce que je le trouvais bien petit pour être si sage.

Ai-je réussi à toujours faire attendre notre grand et jamais le bébé? Non, je cherche encore l’équilibre. Il m’est arrivé de gérer la crise de bacon sons et lumières de mon plus vieux avec, en fond sonore supplémentaire, le plus jeune qui chignait-pleurait parce qu’il était tanné d’être sur son tapis de jeux. Est-ce que je me sentais mal? Un peu, mais je pense sincèrement que le plus grand avait plus besoin de cette attention immédiate que le mini d’être diverti. Ai-je déjà lu une histoire d’avant dodo sous le doux son du petit dans le porte-bébé qui commençait à être dû pour son dernier boire? Oui. Me suis-je sentie mal de le « faire tougher un peu »? Non, je me suis trouvée hot d’arriver à coucher le plus vieux à peu près à la même heure que d’habitude et d’allaiter le plus jeune à peu près à son heure habituelle.

Alors, le plus vieux doit attendre… OK, mais en toutes circonstances, vraiment? Sans considération de qui sont nos enfants et de leurs besoins? Je ne suis pas d’accord. Chaque enfant a sa personnalité, chaque famille a sa réalité. C’est certain qu’on aimerait que notre bébé ne pleure jamais, mais ce n’est pas toujours envisageable. Ni nécessaire.

Être parents… cette éternelle quête de l’équilibre et ce perpétuel exercice de laisser-aller face aux commentaires d’autrui.

À tous les parents d’enfants en bas âge : faites ce que vous pouvez. Gérez votre chaos à votre façon. Donnez le meilleur de vous-même avec amour. Et ça ira. Promis. Peu importe ce que la voisine de la cousine de la collègue de la tante de madame Chose en pense!

Jessica Archambault



Commentaires

À voir aussi!