Détresse psychologique et météo intérieure

Les spécialistes de la santé se disent inquiets pour la santé mentale des jeunes. Ce serait plus d’un adolescent sur trois qui vit un niveau élevé de détresse psychologique. Comme cité dans un article de La Presse, la Dr Karine Igartua lance le mouvement Alphas connectés et invite le milieu scolaire à mettre en place des actions concrètes pour favoriser le développement émotionnel et comportemental sain chez les jeunes. Elle propose d’instaurer un cours d’éducation à la santé mentale de la maternelle jusqu’à la fin du secondaire. « Les tout-petits pourraient apprendre à reconnaître et gérer les quatre émotions de base », dit-elle.

 

Nous devons effectivement éduquer les jeunes au développement d’une saine santé mentale et les accompagner afin qu’ils puissent vivre pleinement et sainement ce qui se passe à l’intérieur d’eux. Pour cela, il importe que les adultes – parents, enseignants et éducateurs (tous les « AS » Adultes signifiants comme dirait Stéphane Paradis) – puissent créer les conditions essentielles pour permettre aux enfants de reconnaître leurs émotions, de les accueillir et d’agir de manière à avoir un impact positif sur eux-mêmes et sur les autres.

 

Oui, cela commence avec nous. C’est à nous de devenir des êtres matures émotionnellement pour accompagner les jeunes, nos jeunes. Apprendre à se connaître et prendre soin de soi, c’est le travail le plus important de toute une vie. On ne cesse de vivre de nouvelles situations et de faire face à de nombreux changements. On ne cesse donc jamais d’apprendre même en tant qu’adulte. Nos émotions sont des leviers d’apprentissage exceptionnels lorsqu’elles sont observées et accueillies. Dans le cas contraire, elles deviennent de réels freins à l’apprentissage qui empêchent notre cerveau, notre cœur et tout notre corps d’être disponibles à quoi que ce soit d’autre.

 

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe déjà plusieurs personnes au sein de divers organismes qui sont prêtes à accompagner les jeunes et à appuyer les parents et les enseignants dans les écoles. Laissez-moi vous parler d’une femme qui est, selon moi, une précurseure dans ce domaine. Manon Jean est la fondatrice de l’Arbre en cœur qui présente des conférences, des formations et des ateliers sur la météo intérieure. Je tiens mes outils d’accompagnement de cette personne. Elle m’accompagne dans cet univers fascinant que j’ai appris à construire à mon image en tant que femme, mère, amoureuse et coach.

Je lui laisse reprendre la plume pour vous partager ce qu’elle permet aux enfants de vivre pour accueillir leur météo intérieure.

J’œuvre dans les écoles primaires depuis déjà douze ans et mon objectif premier : favoriser l’accueil des émotions et des sentiments chez l’enfant par l’entremise d’une métaphore qui se nomme : la météo intérieure. Selon moi, la météo intérieure c’est simple, concret et non menaçant pour l’enfant et même pour l’adulte. Par l’entremise de cette métaphore, l’enfant apprend tout doucement à lire le temps qu’il fait en lui-même et s’habitue à accueillir ses alertes météorologiques. De plus, il apprend à vivre en compagnie de ses amis (les adultes de demain) qui eux aussi vivent parfois de l’instabilité météorologique!

MAIS POURQUOI? Moi personnellement, le jour où je suis devenue une maman, j’ai compris très tôt que je devais créer quelque chose pour mes enfants afin qu’ils puissent m’accueillir dans mon propre désordre émotionnel. Je n’ai aucun problème de santé mentale, mais je savais pertinemment que j’avais besoin de me remettre au monde émotionnellement, de me reconstruire afin d’offrir à mes enfants tout le confort nécessaire pour s’épanouir eux-mêmes. De là est née la météo intérieure, que j’ai écrit mes trois livres, construit mon programme Arbre en cœur dans les écoles primaires et réalisé mes recherches avec l’Université du Québec à Trois-Rivières afin d’obtenir des fondements scientifiques concernant l’accueil des émotions.

Visionnez le documentaire : La météo intérieure

MES EXPÉRIENCES SCOLAIRES Depuis douze ans, je réussis à vivre de mon travail, car devinez quoi? Les écoles ont peu de budget à consacrer directement au bien-être des jeunes. J’ai donc créé un OBNL afin de financer moi-même la réalisation de ces activités dans les écoles, constatant autant de besoins chez les enfants. J’ai à cœur le développement du savoir-être chez l’enfant afin qu’il puisse réussir sa vie et dans la vie!

Les ministères de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, de la Famille et de la Santé et des Services sociaux gagnent à offrir les moyens aux écoles et aux parents de développer une saine relation avec leur monde émotionnel, physique et psychologique. Manon Jean, auteure et fondatrice du concept Arbre en cœur.

De mon cœur qui souhaite le bien-être de chacun de nous!

Stéphanie Dionne

 



Commentaires

À voir aussi!