Quand le chaos s’invite en photos

Être parent c’est pas toujours facile (se lever mille fois par nuit dans les premiers mois – j’exagère à peine), ni glamour (changer une couche explosive dans un resto qui n’a AUCUNE table à langer, histoire vécue) ou même plaisant (c’est ta combientième brassée de linge cette semaine ?). Reste qu’il y a des moments merveilleux qui ne sortent pas nécessairement de la routine et qui arrivent chaque jour.

Quand Étienne et Maïka m’ont parlé de leur projet, j’ai fait une petite danse intérieure. Parlez moi de vrai, de sur le vif, de famille et d’amour et je suis ALL IN. Ma motivation, comme collaboratrice dans cette aventure, est simple; c’est un projet le fun avec du monde le fun. Maïka et Étienne, comme tous les collaborateurs de ce projet, n’ont pas la science infuse de la parentalité. Et pas non plus la prétention de croire que leurs opinions valent plus que celles des autres. L’idée est simplement: échanger et partager avec vous dans un climat de franchise et d’ouverture. Les familles sont toutes différentes et c’est ça qui est si merveilleux.

Mon travail dans la vie c’est d’immortaliser une parcelle de votre vie de famille. Chaque semaine je rencontre des parents qui m’inspirent, des amoureux qui me chavirent, des petits adultes qui me font réfléchir et des familles qui me font rire.

Depuis que je suis moi-même maman, j’ai une nouvelle appréciation de votre expérience passée devant ma caméra. Quand juste se rendre à la poste et faire la file avec cinq autres personnes, tout en tenant votre mini-meute en laisse, est un défi olympique (Touche pas au présentoir à cartes postales siiiiilvousplaiiiiiiit ! Viens ici, oui moi aussi je trouve ça long mon coco…), le projet de la séance photo vient de prendre une allure d’expédition lunaire.

N’allez pas penser que c’est juste chez vous que c’est le chaos. À preuve, Étienne et Maika, aussi pleins de bonne volonté soient-ils, se sont présentés avec deux enfants fatigués d’une grosse journée, le soir de notre rendez-vous photo. Bien sûr, Anna voulait se délier les jambes et courir partout (il faut bien pratiquer quand on vient d’apprendre à marcher). Hayden, qui avait bien écouté les consignes toute la journée, se retrouvait avec une envie de lâcher son fou un peu (grimaces en vrac gratuites). De leur côté, papa et maman se demandaient bien quelle idée débile ils avaient eue et s’échangeaient des regards complices teintés de folie. Résultat? On n’aurait pas pu demander mieux. Parce que c’était authentique et vrai.

Croyez-moi, leur joyeux chaos, c’est ça qui fait la beauté de la chose.

Être vous et personne d’autre, devant une caméra, vulnérables, drôles et authentiques. Comme dans la vie, avec les chatouilles et les éclats de rires, les bisous spontanés et les câlins un peu trop forts, les crises de bacon des T2 et les crises de larmes des nouveaux-nés aussi.

Il y a quand même quelques petits conseils que je peux vous donner afin de mettre toutes les chances de votre côté:

  1. Soyez zen (une belle excuse pour prendre un petit verre de vin ?) et laissez les choses couler de source. Les enfants sont des éponges et ressentent le stress et la pression.
  2. Permettez aux enfants d’être des enfants. Ils peuvent courir et faire des folies. L’horaire n’est pas réglé au quart de tour, il faut leur donner de l’espace et du temps. Vous n’êtes même pas obligés de leur dire que vous allez vous faire photographier. Vous pouvez simplement leur dire que vous allez rencontrer quelqu’un de nouveau et jouer tous ensemble.
  3. Laissez-les participer au choix de leurs vêtements. Les enfants ont souvent ce petit côté éclaté et aventurier de nature. De plus, c’est l’occasion de laisser leur personnalité briller. Demandez-leur ce qu’ils aimeraient porter et vous serez peut-être surpris! Vous n’êtes pas convaincus de leurs talents de styliste? Retranchez-vous sur la méthode du choix-sans-choix! Aimes-tu mieux ce chandail ci ou celui-là? Préfères-tu être dans les bras de papa ou maman?
  4. Tentez de rester dans le positif. Ne menacez pas d’enlever un privilège déjà acquis si l’enfant ne coopère pas selon vos attentes. Promettez une surprise si vous en ressentez le besoin, mais gardez cette carte dans votre jeu afin de la sortir pendant la session et non pas avant.
  5. Faites confiance à votre photographe, aimez-vous et amusez-vous!

Vous êtes beaux tous et chacun à votre façon dans vos maisons et vos dynamiques familiales. Et il faut en être fier, car on travaille fort, on est plein de bonnes intentions et par dessus tout, on s’aime à l’infini.

Que ça soit en photos, en chronique ou en petites anecdotes, on espère que vous vous retrouverez, tout comme moi, dans le chaos et l’amour de la famille de Maïka et d’Étienne.



Commentaires

À voir aussi!