Soyez vous, soyez fiers!

Dernièrement, j’ai mis fin à mon couple. Après plus de treize années, un mariage, trois enfants, deux maisons, j’ai pris la décision d’arrêter cette histoire. Je suis triste de cet état, triste de cet échec. Un échec qui n’en est pas un, car j’y ai gagné beaucoup au change, j’ai gagné les plus belles choses de toute ma vie : mes trois merveilleux enfants. Nous avons eu de superbes moments, des temps plus heureux que d’autres.

Je ne renierai pas les années passées, mais elles sont, justement, passées.

Ai-je changé? Ai-je manqué à ma parole d’engagement? Me suis-je trompée à certains moments? Certainement, je suis loin d’être la femme, la mère et l’épouse parfaite. Mais j’assume pleinement tout ce que j’ai dit, fait ou pas. J’assume que cette rupture vient de moi.

Je ne vous décrirai pas les détails de mes treize années partagées. Cela relève du privé. Mais je peux vous dire qu’il a fait de son mieux. Qu’il a lui aussi changé et il s’est sur certains points bien trompé. Il n’est pas un monstre, c’est un homme bien à sa mesure. Nous avons une histoire commune et aujourd’hui, les chapitres se dissocient en suites bien distinctes.

Nous aurons toujours en commun ces trois petites âmes. Nous aurons à nous voir, à nous parler, et la vie suivra son cours.

Je porte des blessures en mon sein, lui aussi c’est bien certain. Je suis cette femme qui reste toujours debout, mais qui apprend à s’asseoir parfois, à respirer, à s’approprier ses sentiments et aussi à pleurer.

Je ne me permettais pas de pleurer, je ne me permettais pas de ressentir du découragement, des échecs… Je n’acceptais pas de ne pas avoir réussi à sauver cette famille que j’avais contribué à construire. Aujourd’hui je sais, je sais que ce qui aurait dû être fait depuis déjà un temps, je le fais.

Je le fais pour eux, mais surtout pour moi.

Je suis forte dans mes faiblesses. Je suis grande dans ma petitesse et je peux vous dire tout simplement : je suis. Je SUIS.

Vous qui me lisez, SOYEZ. Soyez la personne que vous devez être. Oui, il est bien certain que dans une relation, il y a des concessions, des compromis. Mais ne compromettez pas votre personnalité, votre intégrité. Soyez fier de la personne que vous êtes, n’acceptez pas de changer, mais plutôt de vous améliorer. C’est toute une différence!

Être fort, c’est admettre ses faiblesses et chercher à s’élever au-dessus d’elles. Pas pour l’autre, mais pour soi-même, pour qu’un jour, lorsque nous regarderons derrière, nous soyons fiers. Depuis ma rupture, je suis fière de moi. Certes, défaire ce noyau familial pour en former un nouveau, différent de ce qui était prévu, est un deuil en soi. Mais nous ne disons jamais suffisamment qu’il vaut mieux être seul et heureux que deux malheureux.

Suis-je heureuse? Oui, j’ai certains bonheurs depuis quelque temps. Je les chéris plus qu’autrement. Suis-je heureuse? me répéterez-vous encore… Je ne « peux » pas l’être à cent pour cent à l’instant, mais vous savez quoi? Je le serai, bientôt. Je sais aujourd’hui que ce bonheur est revenu à ma portée.

Toi, si tu me lis, ne crois pas que je nous nie. Nous avons vécu ces années au mieux de nos capacités et aujourd’hui, c’est terminé. Mais l’aventure continue comme diraient certains… c’est simplement que les chemins se sont séparés. À nous d’en découvrir la portée, chacun de son côté.

Mes amis, je terminerai en vous enjoignant de rester fidèles. Soyez fidèles à vous-mêmes. Soyez fidèles à vos aspirations, à vos passions, à vos désirs et surtout, soyez fidèles à vos valeurs. Parfois, des gens croisent notre route pour un temps. Profitez de ces moments, vivez-les tout simplement, peu importe ce qu’il adviendra.

N’est-ce pas cela… la vie?

Simplement, Ghislaine.



Commentaires

À voir aussi!