Je suis prête à mourir

« Je suis prête à mourir. » Quand je prononce ces mots, je vois un grand malaise envahir la pièce. Je suis jeune et en santé. Personne ne semble comprendre ma vision de la mort. Oui, je parle de ma mort. M-O-R-T : juste le mot rend bien des gens mal à l’aise. Mais pourquoi ? On naît, on grandit, on vit, on meurt. C’est le cycle normal de la vie. Un enfant qui meurt, ça, ce n’est pas normal. Mais un adulte épanoui… où est le problème ?

J’ai vécu chaque jour de ma vie sans savoir s’il y aurait un lendemain. J’ai mis au monde trois enfants fabuleux, trois humains qui essayeront de changer le monde après moi. J’ai aimé, autant qu’il soit possible pour un cœur d’aimer. J’ai aidé les autres, fait une différence dans certaines vies. Ma job est faite. Si je meurs demain matin, je mourrai comblée.

Je ne suis pas dépressive. Je n’ai pas « envie » de mourir. Je n’ai pas « envie » que tout s’arrête. Mais si ma vie se terminait maintenant, ce serait sans aucun regret. Je ne demande pas à mourir, mais ma mort ne me fait pas peur. Je ne suis pas malade. Je n’ai pas de cancer incurable. Mais si c’était le cas, ce serait correct aussi. Comme tout le monde, je ne veux pas souffrir. Mais oui, je suis prête à mourir. Plusieurs diront que c’est facile à dire quand on est en santé. Mais je reste persuadée que ce discours ne changera pas quand la maladie ou la vieillesse me touchera.

Je ne veux pas mourir en étant la plus vieille. Je ne veux pas survivre à mes enfants. Je ne veux pas enterrer mes proches. Je veux partir le cœur léger, avec tous ceux que j’aime près de moi. Comme tout un chacun, je ne sais pas comment je vais mourir ni quand ça va se produire. Mais si je pouvais choisir, étonnamment, je choisirais la maladie… une maladie assez lente pour que j’aie le temps de dire adieu, et assez rapide pour qu’on ne me voie pas souffrir. Une mort rapide, par accident ou en dormant, c’est la mort de prédilection pour plusieurs personnes. Mais pas pour moi. Je préfère avoir le temps de vivre ma mort. La vivre sereinement et prendre le temps qu’il faut pour serrer mes proches dans mes bras et leur dire à quel point je les ai aimés. Je ne veux pas d’une maladie qui me ferait perdre chacune de mes fonctions lentement. Ça, c’est juste de la torture. Probablement que je déciderais de la fin bien avant le temps si c’était le cas. Je n’ai pas peur de mourir.

Mon mari, mon tendre amour, déteste quand je prononce ces paroles. Il n’arrive pas à comprendre mon point de vue. Pour lui, vivre est le plus important, peu importe les batailles, les souffrances et les pertes. Vivre, le plus longtemps possible. Vivre, à tout prix. Je comprends son choix, et je le respecte. Mon choix à moi, c’est de vivre heureuse, et de mourir tout aussi heureuse. Peu importe l’heure.

Je veux que mes enfants me voient sourire sur mon lit de mort. Je veux qu’ils vivent leurs vies, un jour à la fois, sans aucune peur. Je ne veux pas que la mort soit pour eux une menace paralysante. Je veux qu’ils en aient un souvenir doux. Parce que peu importe le malaise de la société face à la mort, elle arrivera inévitablement pour chacun d’entre nous. Alors oui, moi j’en parle. Oui, je brise ce tabou. Et le jour venu, j’accueillerai la mort en moi, comme j’ai vu le soleil se lever chaque jour de ma vie. Et quand je pousserai mon dernier souffle, un autre petit être viendra au monde, quelque part sur la Terre. Et ça, même dans la mort, c’est toute la beauté de la vie.

Joanie Fournier

 



Commentaires

À voir aussi!