Tic-tac, tic-tac, c’est ton horloge biologique !

Depuis que je suis toute petite, j’ai toujours su que je voulais des enfants. J’ai même joué à la poupée jusqu’à l’été précédant mon entrée au secondaire. Oui, vous pouvez rire !

Puis, vinrent le début vingtaine et la rencontre de mon homme. C’était clair pour nous deux dès le début qu’on aurait des mini-nous. On a même beaucoup pratiqué avant !

Elle était bien là, elle sonnait, souvent. Mais nous attendions le bon moment. Quoiqu’il n’y a pas vraiment de « bon moment » pour avoir des enfants. Être mariés, avoir une grosse maison, une job payante, une voiture neuve, avoir voyagé, c’est bien beau, mais s’il fallait attendre tout ça avant de se décider, on serait probablement à la retraite.

Quand elle sonne pour nous les femmes, on voit des bedaines et des poussettes partout, au restaurant, au centre d’achat, et on meurt d’envie de se « garrocher » chez Carter’s et de tout acheter (je passe minimum une heure dans le magasin quand j’y vais et ça finit toujours que mon chum est fru parce qu’il m’attend dans l’auto, oups !)

Bref, pour celles pour qui l’horloge sonne, je vous souhaite tout le bonheur du monde dans le début de la maternité ! Ce n’est pas toujours rose, c’est parfois un arc-en-ciel d’émotions chaque jour, mais ça reste le plus beau cadeau de la vie !

Pour ma part, deux filles plus tard, dont une de huit mois qui a fait UNE nuit complète depuis sa naissance, mon horloge se trouve au même endroit que la marmotte qui nous annonçait la fin de l’hiver il y a un mois : dans le fond de son trou à ronfler ! Mais qui sait ? Elle se réveillera peut-être au printemps !

Julie Lampron-Désaulniers



Commentaires

À voir aussi!