Vidée

« Chérie, qu’est-ce que t’as? T’es sûr que ça va? T’avais pas l’air de feeler tantôt? »

Au téléphone, je réponds simplement : « Mais oui. Je suis fatiguée comme d’habitude, c’est tout. »

Je voudrais tant lui dire à quel point ça ne va pas. Que mes pensées sont souvent en guerre et que mes larmes en sont le sang versé. Que mon corps fatigué en est le champ de bataille.

Mais cette belle douleur, je la garde pour moi. Je lui dois d’être forte.

Mais qu’est‑ce que je pourrais bien lui dire alors que je ne connais pas réellement la source de mes douleurs? De quoi vais‑je encore me plaindre?

J’ai la chance d’avoir un homme qui m’aime, trois enfants en santé.

Alors, lorsque je me retrouve seule, pourquoi ai‑je la folle sensation que je vais tomber? Que j’ai fait le dernier pas possible, que mes genoux vont enfin lâcher afin que je puisse m’avouer vaincue… vidée.

Ce point dans ma poitrine qui s’est pointé le bout du nez il y a plus d’un mois maintenant m’a fait réaliser que je ne suis pas faite d’acier. Un jour, je tomberai.

Je suis si douée pour prendre soin des autres… pourquoi suis‑je incapable de prendre soin de moi? Ou est‑ce un laisser‑aller inconsciemment volontaire?

Je ne sais pas. Je ne sais plus.

Maman est vidée. Littéralement vide. J’avance sur le pilote automatique en espérant de toute mon âme croiser la station d’essence très bientôt. J’ai besoin de faire le plein ou de me brancher dans une source d’énergie. De sentir cette belle énergie me submerger à nouveau.

Pour l’instant, mes pleurs se font discrets sous la chaleur réconfortante de la douche. Le jet arrive directement sur mon visage, la chaleur apaise ma douleur. Mes larmes se font transporter par le courant de l’eau jusqu’aux égouts, pour aller directement à l’usine d’épuration d’eau. On y enlève tous les déchets afin que mes larmes soient déversées dans la rivière.

À partir de ce jour, chaque fois que je contemplerai une rivière, la mer… peu importe le courant d’eau, je penserai à toutes ces femmes qui ont su maintenir le niveau de l’eau. La mer est faite de larmes. Vos larmes sont maintenant nettoyées de toute tristesse afin de se transformer en vraie beauté.

 



Commentaires

À voir aussi!