La légende de Saint-Nicolas

Je viens du Nord-Est de la France et chez nous, la tradition veut que le 6 décembre, nous fêtions le grand Saint Nicolas. C’est le patron de tous les écoliers et Saint patron de la Lorraine.

Saviez-vous que cette fête est également célébrée en Belgique, en Allemagne, en Suisse, ou encore en Pologne, en Russie… Mais qui était Saint Nicolas ?

La légende

la-legende-de-st-nicolasLe personnage de Saint Nicolas est inspiré de Nicolas de Myre appelé également Nicolas de Bari. Il est né à Patara, une cité de Lycie, au sud-ouest de l’Asie Mineure (région appelée maintenant Turquie d’Asie) entre 250 et 270 après J-C. Il est mort le 6 décembre, en 345 ou en 352 dans la ville portuaire de Myre, en Asie Mineure.

C’est l’un des saints les plus populaires en Grêce et dans l’Eglise Latine. On sait qu’il fût Evêque de Myre au 4ème siècle.

Voici les paroles de la chanson qui raconte la légende de Saint Nicolas, qui a bercée mon enfance :

Ils étaient trois petits enfants

Qui s’en allaient glaner aux champs

 

Tant sont allés, tant sont venus

Que vers le soir se sont perdus.

 

S’en sont allés chez le boucher :

« Boucher, voudrais-tu nous loger ? »

 

« Entrez, entrez, petits enfants,

Y’a de la place assurément. »

 

Ils n’étaient pas sitôt entrés

Que le boucher les a tués,

Les a coupés en p’tits morceaux

Mis au saloir comme un pourceau.

 

Saint Nicolas au bout d’sept ans

Vint à passer dedans ce champ,

Alla frapper chez le boucher :

« Boucher, voudrais-tu me loger ? »

 

« Entrez, entrez, Saint Nicolas,

Y’a de la place, il n’en manque pas. »

 

Il n’était pas sitôt entré qu’il a demandé à souper.

« Voulez-vous un morceau d’ jambon ? »

« Je n’en veux pas, il n’est pas bon. »

« Voulez-vous un peu de rôti ? »

« Je n’en veux pas, il n’est pas cuit.

 

Du p’tit salé, je veux avoir

Qu’il y a sept ans qu’est au saloir. »

Quand le boucher entendit ça,

Hors de la porte il s’enfuya.

 

« Boucher, boucher, ne t’enfuies pas,

Repens-toi, Dieu te pardonnera. »

Saint Nicolas alla s’asseoir

Dessus le bord de son saloir :

« Petits enfants qui dormez là,

Je suis le grand Saint Nicolas. »

 

Et le Saint étendit trois doigts,

Les petits se levèrent tous les trois.

 

Le premier dit : « J’ai bien dormi. »

Le second dit : « Et moi aussi. »

Et le troisième répondit

« Je croyais être au Paradis. »

 

C’est en 1477 (très exactement 500 ans avant ma naissance!), que saint Nicolas devint le patron de la Lorraine, après la bataille de Nancy. Le duc de Lorraine, ayant mis ses troupes sous la protection du saint, vaincu Charles le Téméraire.

Une tradition plus importante que Noël

 Le 6 décembre, Saint Nicolas défile dans les rues des villages, sur le dos de son âne. Il distribue (aux enfants sages!) des oranges et du pain d’épices. Il est suivi par son fidèle compagnon (représentation du boucher de la légende) : le Père Fouettard! Ce dernier est vêtu d’un grand manteau noir et d’un capuchon, il poursuit les enfants qui n’ont pas été sages et leur donne des coups de triques!

J’ai longtemps cru au Saint Nicolas car il venait vraiment frapper à la porte de notre maison! Il n’arrivait pas en traineau venu du ciel mais, par la route, avec sa charrette et son âne, ce qui était bien plus plausible! Le père Fouettard connaissait mes bêtises et me donnait souvent une trique!! Heureusement le Saint homme vêtu de rouge me pardonnait toujours et m’offrait des friandises!

Dans mon coin de pays, les festivités de la Saint Nicolas sont plus importantes que celles de Noël. En effet, dans les écoles et les garderies c’est Saint Nicolas qui rend visite aux enfants. La grande parade en décembre est celle du Saint Nicolas. Il y a même un immense feu d’artifice! Le marché de Noël s’appelle « marché de Saint Nicolas ». C’est une incroyable fête, forte de sens, et tous les Lorrains y sont profondément attachés.

Perpétuer la tradition

Même si je vis loin de ces traditions, je perpétue ces festivités avec mes enfants. Ça fait partie de notre histoire!

Alors dans notre foyer, nous fêtons le 6 décembre et le 25 décembre!

C’est l’avantage d’avoir deux cultures : nous avons deux fois plus de festivités!

la-legende-de-st-nicolas



Commentaires

À voir aussi!